« Ce sont mes bébés, mes enfants et je ne peux pas être avec eux. J’ai hésité à monter sur une grue, j’ai préféré faire cette action symbolique ». Des ballons, des banderoles accrochées aux grilles du tribunal d’Aurillac. Rémy Luttwiller, père de trois enfants, a profité de la fête des pères, dimanche 18 juin, pour attirer l’attention sur son cas.

Séparé en 2014 de sa compagne qui vit à Lyon, le jeune homme de 26 ans dispose d’un droit de garde de 47 jours par an, tel que stipulé par un jugement du tribunal. Avec cette action symbolique, le père de Jade, 6 ans, Lyllas, 5 ans et Loukas, 4 ans, souhaite interpeller les citoyens sur « le cas de ces papas privés de leurs enfants ».
« Le combat pour moi est d’obtenir quelques jours de plus. Pour moi : des jours de bonheur et de joie. C’est impossible de créer un lien affectif avec ses enfants quand on est séparé comme ça» confie-t-il.