• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligne Aurillac-Paris : pourquoi Hop ! Air France va sous-traiter la liaison aérienne

Hop ! Air France sous-traitera la ligne Aurillac-Paris à une autre compagnie, Regourd Aviation, dès le mois de mars. / © Laetitia Théodore / France 3 Auvergne
Hop ! Air France sous-traitera la ligne Aurillac-Paris à une autre compagnie, Regourd Aviation, dès le mois de mars. / © Laetitia Théodore / France 3 Auvergne

Dans le Cantal, Hop ! Air France va sous-traiter la liaison aérienne Aurillac-Paris dès le mois de mars et l'inquiétude monte chez certains chefs d'entreprise qui craignent une dégradation du service.

Par Aurélia Abdelbost avec Laetitia Théodore

Dès le mois de mars et jusqu'en juin 2019, Hop ! Air France confiera la ligne Aurillac-Paris à une autre compagnie, Regourd Aviation, qui possède des filiales slovènes et africaines. Une annonce qui inquiète les professionnels du Cantal passagers réguliers. "Personne n'est rassuré, ni ceux qui sont préoccupés par les sujets de ponctualité, ni ceux qui se demandent d'où viennent les avions et les équipages qui vont les faire voler", alerte Philippe Matière, chef d'entreprise. 
 

Fin de l'engagement de Hop ! en juin 

AirFrance a tenté de désamorcer la polémique, les avions affrêtés et les équipages seront bien français : "C'est une société française avec laquelle on a l'habitude de travailler, qui est tout à fait reconnue par l'aviation civile et qui répond à toutes les normes en matière de sécurité et de sûreté", affirme Hélène Abraham, directrice générale adjointe Hop !. La compagnie aérienne souhaite se séparer de ses avions à hélices ATR, les mieux adaptés aux aéroports comme celui d'Aurillac et compte donc sous-traiter jusqu'au terme de son contrat d'engagement de service public, en juin 2019.

Les avions assurant la liaison Aurillac-Paris ne seront donc plus ceux de Hop ! Air France à compter du 1er juin. Une compagnie française, Chalair Aviation, est candidate pour obtenir le contrat aux côtés de Air France. "On aurait souhaité avoir beaucoup plus de candidats, ne serait-ce que pour faire jouer la concurrence de sorte que l'offre soit la plus adaptée et la meilleure possible pour les Cantaliens", déplore Bruno Faure, président du Conseil Départemental du Cantal.

En attendant, les usagers de la ligne espèrent encore un geste de l'Etat pour que Hop ! termine son contrat sans sous-traitance. Les collectivités ont interpellé Elisabeth Borne, la ministre des Transports, par courrier sur le mépris des compagnies et la dégradation de la qualité des offres présentées en vue du renouvellement de la délégation de service public. 
 
  

Sur le même sujet

Suivez la 2nde manche du Slalom hommes des Championnats du monde de ski alpin d'Åre 2019

Les + Lus

Les + Partagés