Cet article date de plus de 4 ans

Cantal : après les rat-taupiers, les sangliers dévastent les récoltes

Dûrement touchées par les rats taupiers, les exploitations agricoles du Nord Cantal doivent désormais faire face à une nouvelle calamité. Depuis plusieurs mois ce sont les sangliers qui sévissent, notamment dans les champs de céréales. Exemple à Joursac.

Durement touchées par les rats taupiers, les exploitations agricoles du Nord Cantal doivent désormais faire face à une nouvelle calamité. Depuis plusieurs mois ce sont les sangliers qui sévissent, notamment dans les champs de céréales. Exemple sur la commune de Joursac. Intervenante : Sylvie Bonnet, agricultrice ©France 3 Auvergne
Comme beaucoup d'agriculteurs, Sylvie Bonnet avait choisi de labourer et semer ses prairies naturelles ravagées par les rats taupiers, afin de pallier le manque de fourrage. 

Mais quelques mois plus tard, juste avant de récolter son blé, l'exploitation est victime d'une nouvelle calamité. Cette fois-ci, ce sont les sangliers qui ont trouvé le gîte et le couvert sur les parcelles de l'agricultrice.

"Un tiers de ma récolte est complètement abîmé par les sangliers. Alors je vais avoir une indemnité, ça c'est sûr, mais qu'en 2017", s'inquiète-t-elle. Son champ se situe à l'intérieur de la réserve de chasse gérée par l'association communale. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie