La baisse des prix de la viande et du lait exaspère les éleveurs cantaliens

Huit jours après leurs actions musclées dans des grandes surfaces d'Aurillac, les producteurs de lait et de viande du Cantal dénoncent toujours la faiblesse des prix d'achat de leur production. Sans en arriver à des blocages, comme en Normandie, la tension grandit parmi les éleveurs du département.

L'exploitation de Géraud Fruquière, à Drugeac (Cantal), compte 90 vache Salers.
L'exploitation de Géraud Fruquière, à Drugeac (Cantal), compte 90 vache Salers. © France 3 Auvergne
Les opérations menées la semaine passée contre des grandes surfaces cantaliennes, Géraud Fruquière en était. Mais la tournure prise par cette action syndicale l'inquiète... Pour lui, elle traduit une situation de plus en plus tendue et des réactions difficilement prévisibles. "Les agriculteurs sont exaspérés et aujourd'hui on a des difficultés à connaître leur état d'esprit, parce qu'ils sont tellement sous pression sur leur exploitation qu'on ne sait pas ce qu'il pourrait arriver!", prévient l'éleveur.

Sur son exploitation Géraud élève 90 vaches Salers en système allaitant croisé Charolais. Cette année, il doit non seulement faire face à un prix de vente inférieur au coût de production d'un euro le kilo, mais aussi à une sécheresse et une invasion de rats taupiers qui ont divisé ses récoltes de fourrage par 3. Rapidement, il devra faire face à un trou de 20 000 euros dans sa trésorerie. 

durée de la vidéo: 01 min 36
Un éleveur cantalien inquiet pour son avenir

Dans l'immédiat, et parce qu'ils estiment qu'il est possible d'éviter tout débordement, les agriculteurs de toute la France attendent des réponses rapides et concrètes de la part des pouvoirs publics. Depuis lundi matin, 400 agriculteurs normands bloquent les routes d'accès à la ville de Caen, dans le Calvados. Dans l'Eure, plusieurs dizaines d'éleveurs ont aussi bloqué lundi les abattoirs du Neubourg et trois grandes surfaces. Par ailleurs, une cinquantaine de tracteurs ont mené une opération escargot sur la N165 entre Quimperlé et Quimper (Finistère)..
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie social