Cet article date de plus de 4 ans

La production de lait de bufflonne se développe dans le Cantal, le Lot et l'Aveyron

Il y a 20 ans, à la suite d'un voyage d'étude en Italie, un groupe d'éleveurs du Massif Central a fait le pari de constituer un cheptel de buffles d'eau asiatiques, habituellement élevés dans les Pouilles pour fabriquer de la mozzarella.
L'aventure a commencé en 1998 dans le Cantal, depuis une dizaine d'années, elle commence à se développer. On recense moins de 500 animaux dans le département. Il s'agit surtout d'une diversification pour les agriculteurs. Intervenants : Yoan Bex, Agriculteur, Simon Nozière , Directeur GIE Chataigneraie - Organisateur de la filière ©France 3 Auvergne
Ces bovins ressemblent - de loin- à des Salers, mais ce sont bien des bufflonnes ! Plusieurs générations de ces animaux sont déjà nées dans le Cantal et s'y sont adaptées.

Un lait beaucoup plus riche que celui des vaches 


"Le gabarit est le même qu'une vache, [cet animal] revalorise énormément les fourrages grossiers, ce qui permet de minimiser le coût de l'alimentation. Et son lait est beaucoup plus riche en matières grasses", apprécie Yoan Bex, agriculteur. Pour produire un kilo de fromage à partir de lait de bufflonne, seuls cinq litres de lait sont nécessaires, contre dix litres pour du lait de vache. 

© France 3 Auvergne


Désormais, une dizaine d'éleveurs produisent et transforment le lait de blufflonne dans le Cantal, mais aussi le Lot ou l'Aveyron. Tous sont regroupés au sein de la Gie de la chataigneraie à Maurs qui anime cette micro-filière, et propose différents fromages, comme de la mozarella, mais aussi du bleu de bufflonne et vache, etc. 

Une diversification intéressante 


Au total, la production avoisine maintenant les 300 000 litres par an, de quoi fabriquer 70 tonnes de fromage. Loin de concurrencer la production de lait de vache, l'elevage des bufflonnes constitue tout de même une diversification très intéressante pour les agriculteurs, d'autant plus que les fromages de bufflonnes trouvent facilement des acheteurs. 

© France 3 Auvergne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie