• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Salon de l'agriculture : ces vaches Aubrac sélectionnées dans le Cantal

Dans le Cantal il n'y a pas que la Salers, mais aussi les vaches Aubrac. Les plus belles bêtes ont été retenues pour pour participer au Salon de l'agriculture 2019. / © C. Darneuville - France 3 Auvergne
Dans le Cantal il n'y a pas que la Salers, mais aussi les vaches Aubrac. Les plus belles bêtes ont été retenues pour pour participer au Salon de l'agriculture 2019. / © C. Darneuville - France 3 Auvergne

Les producteurs de la race Aubrac se sont retrouvés le 28 novembre à Saint-Flour dans le Cantal pour présenter les vaches et taureaux qui seront en compétition lors du prochain Salon de l’agriculture fin février 2019 à Paris ; 16 bêtes les plus représentatives ont été retenues par le jury.
 

Par Cyrille Genet

A Saint-Flour dans le Cantal, les éleveurs de la race Aubrac avaient déjà mercredi 28 novembre les yeux tournés vers la prochaine édition du Salon de l’agriculture, qui se tiendra du 23 février au 3 mars 2019 à Paris. Mais avant de rêver de présenter les bêtes sur le ring du parc des expositions de la Porte de Versailles, il fallait passer l’étape de la sélection et défiler devant les juges sur le foirail de Saint-Flour. "On a la chance d’avoir beaucoup de filières et de produits de qualité" explique Serge Niel, éleveur à Saint-Chély d’Aubrac dans l’Aveyron "aller à Paris avec une bête, c’est représenter à la fois le territoire, la race et en même temps son élevage".

L’Aubrac était en danger de disparition il y a 40 ans. Mais avec 220 000 têtes pour 5000 éleveurs en France, dont les deux tiers entre Cantal, Aveyron et Lozère, elle est aujourd’hui sauvée. Le Salon international de l’agriculture en 2018 avait mis la race en vedette, les éleveurs comptent profiter de ce coup de projecteur : "ça a largement retenti sur le territoire puisque la réservation touristique n’a jamais été aussi importante qui suite au Salon de l’agriculture et on a aussi remarqué une forte progression au niveau de la consommation de nos signes officiels de qualité : le label rouge bœuf fermier et la génisse fleur d’Aubrac" dit Yves Chassany, le président de l’Union UPRA Aubrac.

Une vache adaptée à son terroir, qui se nourrit de fourrage maigre et vêle facilement. L’Aubrac est un peu plus petite que les autres races à viandes, un avantage sur un marché très concurrentiel précise Ludovic Chastang, éleveur en cours d’installation à Jabrun dans le Cantal : "Vous prenez une Aubrac qui fait entre 380 et 410 kilos-carcasse, c’est un poids qui colle très bien avec le marché. On n’est pas là pour épiloguer avec les autres races, mais aujourd’hui des grosses carcasses sont difficiles à passer en boucherie".

Quatre taureaux et douze vaches ont retenu l’attention du jury. Ils représenteront la race et tout un territoire au sud du Massif Central qui partagent le même nom l’année prochaine à Paris.
 
A Saint-Flour (Cantal), la race Aubrac prépare le salon de l’agriculture
Dans le Cantal à Saint-Flour, les producteurs de la race Aubrac ont choisi 4 taureaux et 12 vaches qui iront concourir au salon de l’agriculture en février 2019. Intervenants : Serge Niel, éleveur à Saint-Chély d’Aubrac (Aveyron) ; Yves Chassany, Président de l’Union UPRA Aubrac ; Ludovic Chastang, éleveur en cours d’installation à Jabrun (Cantal). - Reportage : C. Darneuville, L. Ribes. Montage : D. Leyerloup.

 

Sur le même sujet

A Saint-Flour (Cantal), la race Aubrac prépare le salon de l’agriculture

Les + Lus