• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les centres équestres ont perdu des clients depuis la hausse de la TVA baptisée “équitaxe”

Même si le gouvernement a revu à la baisse son "équitaxe", les centres équestres subissent les conséquences de la hausse de la TVA. Elles varient en fonction de la taille des centres et de leur type de clientèle. 

Par Jean-Christophe Pain


Une équitaxe inéquitable ?


Finalement, les centres équestres ont subi une augmentation de la TVA moindre que prévue. En moyenne, "l'équitaxe" s'élève aux environs de 13 %, alors qu'elle devait atteindre 20%. Mais les conséquences sont très variables en fonction des centres concernés. En Isère en particulier.

Pour le "gros" centre de Saint-Ismier, dans la riche vallée du Grésivaudan, les clients ont bien accepté la situation et aucun départ n'est à noter. Par contre, dans le "petit" centre de Sassenage, au pied du Vercors, moins de 50 enfants viennent monter pendant ces vacances de la Toussaint. 2 fois moins de cavaliers que d'habitude ! L'augmentation des tarifs pour cause d'équitaxe a dissuadé bon nombre de familles peu fortunées.

Reportage Maxence Régnault et Didier Albrand
L'équitaxe dans les centres équestres
Intervenants : Daniel Desmeure Responsable du Centre Hippique des Alpes, Christine Dagot Propriétaire du Centre équestre "La Chevauchée"


Une équitaxe réaménagée


Fin janvier dernier, le gouvernement modifiait l'équitaxe, suite aux manifestations des centres équestres. Une petite victoire pour ceux qui ont négocié avec l'Etat.

Au final, les contrats et avenants conclus au plus tard le 31 décembre 2013 continuent à bénéficier du taux de 7 % jusqu'à leur terme, et au plus tard pour les encaissements réalisés jusqu'au 31 décembre 2014 relatifs à des prestations déjà réalisées. 

De plus, le taux de 5,5 % seulement est applicable :
- aux animations, activités de démonstration et visites des installations sportives aux fins de découverte et de familiarisation avec l'environnement équestre ;
- à l’accès au centre à des fins d’utilisation des installations à caractère sportif des établissements équestres (manège, carrière, parcours, écurie et équipements sportifs recensés en application de l’article L. 312-2 du code du sport).

Par contre, l'enseignement de l'équitation, les prises en pension, le dressage, les ventes d'équidés se voient bien appliquer la TVA à 20%.

 

Sur le même sujet

RUGBY. Le HAKA des joueuses des néo zélandaises

Les + Lus