Drôme : 35 000 litres d'huile dérobés dans une usine de Tulette

© C. Conxicoeur, France 3 Rhône-Alpes
© C. Conxicoeur, France 3 Rhône-Alpes

Le week-end dernier, des voleurs très organisés et parfaitement renseignés ont dérobé 35 000 litres d'huile d'olive de grande qualité pour un préjudice estimé d'au moins 120 000€. La victime est l'usine Jules Brochenin de Tulette (26). Les regards se portent vers des réseaux européens.

Par Christian Conxicoeur

Le vol a eu lieu pendant la fermeture du site : entre le vendredi 25 janvier au soir et le lundi 28 au matin. Dans cet intervalle de temps, 35 000 litres d'huile d'olive de grande qualité ont été dérobées à l'usine Jules Brochenin de Tulette (sud de la Drôme), comme le révélent nos confrères de France Bleu Drôme-Ardèche. Nos sources nous ont confirmé que le préjudice était estimé à "au moins 120 000 euros".
 

Des voleurs très aguerris


Le - ou plus probablement - les auteurs du délit ont eu recours à un camion citerne dont la contenance moyenne correspond au volume dérobé : 35 000 litres. Il leur aura fallu en outre une connaissance minimale du milieu oléicole, une technique d'effraction éprouvée et une bonne dose de culot pour s'introduire et rester plusieurs heures dans l'usine, le temps de transvaser le précieux liquide.
 

Des précédents dans l'Hérault et en Espagne


Un vol similaire avait eu lieu dans une coopérative de l'hérault, fin mai 2018, avec un produit identique : de l'huile d'olive "premium" valant une vingtaine d'euros le litre, un volume identique : 35 000 litres et des voleurs considérés comme des "bandits de haut niveau". Des faits qui rappelent des vols d'ampleur en Espagne en 2007 et 2010 dans des huileries, et pour lesquelles des réseaux (11 personnes en 2010, 18 en 2007) basés en Italie ont été démantelés.  
 

Le piste locale pas forcément privilégiée


Dans l'affaire de Tulette, la gendarmerie a été saisie, et plus précisement la Brigade de recherche de Pierrelatte (26) dont les "compétences élargies" en matière de police judiciaires permet de penser que la piste locale n'est pas privilégiée. Les enquêteurs de la "BR"  peuvent en effet s'appuyer sur les centres de coopération policière et dounière, pour prolonger les investigations au-delà des frontières nationales.

 

Sur le même sujet

Les + Lus