• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dans la Drôme, les habitants de Mercurol excédés par le bruit des canons anti-grêle

À Mercurol-Veaunes, les 11 canons en fonctionnement protègent 600 hectares de vergers et de vignes / © L. Blache
À Mercurol-Veaunes, les 11 canons en fonctionnement protègent 600 hectares de vergers et de vignes / © L. Blache

Suite aux récentes intempéries, les arboriculteurs drômois ont commencé à faire tonner leurs canons anti-grêle pour protéger les cultures. Mais les déflagrations incommodent les riverains, qui ont décidé de porter l’affaire en justice malgré l’installation en cours de silencieux.

Par MCP avec B. Metral

Après une récolte 2016 ruinée par la grêle, les arboriculteurs de Mercurol ont sorti l'artillerie lourde pour préserver leurs abricots. Si les canons anti-grêle permettent de protéger les fruits, les tympans sont moins épargnés. Au pied du canon, 130 décibels par tir, soit l’équivalent d’un décollage d’avion toutes les 7 secondes. La déflagration émet une onde surpuissante qui dissous les grêlons dans un rayon de 500 mètres. La machine détecte elle-même les orages et tire automatiquement dès que cela est nécessaire.

À Mercurol-Veaunes, les 11 canons en fonctionnement protègent désormais 600 hectares de vergers et de vignes. Ce qui n’est pas au goût des riverains, excédés par le bruit des canons. Réunis en association, les anti-canons demandent aux agriculteurs de respecter la réglementation vis-à-vis des nuisances sonores, pas plus de 65 décibels. « On en est à 4700 tirs l'an passé, ce qui est énorme » résume Jean-Luc Astier, membre de l’association "Stoppons ensemble les nuisances sonores et environnementales".

De leur côté, les 42 exploitants gestionnaires de canons ont accepté d’installer des silencieux sur leurs canons pour réduire les nuisances sonores de 40%. Malgré cet effort, les anti-canons ont décidé de porter l’affaire en justice. Mercredi 6 juin, ils demanderont une expertise acoustique au juge des référés. 

Dans la Drôme, les habitants de Mercurol excédés par le bruit des canons anti-grêle
Suite aux récentes intempéries, les arboriculteurs drômois ont commencé à faire tonner leurs canons anti-grêle pour protéger les cultures. Mais les déflagrations incommodent les riverains, qui ont décidé de porter l’affaire en justice malgré l’installation en cours de silencieux. Avec Jean-Luc Astier, de l'association "Stoppons ensemble les nuisances sonores et environnementales" et Yvan Perrier, arboriculteur et président du GIE Mercurol-Veaunes. Un reportage de Loïc Blache et Benjamin Metral.

 

Sur le même sujet

Johnny et moi par Pascal Obispo

Les + Lus