Drôme: s'il n'obtient pas satisfaction de la préfecture, le maire d'Erôme est prêt à monter sa ZAD

Le village d'Erôme (Drôme) / © Google Earth
Le village d'Erôme (Drôme) / © Google Earth

Un maire porte plainte contre un projet de parc photovoltaïque de la CNR, estimant que la demande de permis de construire est incomplète. Si le projet n'est pas suspendu, il ira planter sa tente pour protéger une forêt de pins.

Par Arnaud Jacques

Ils étaient six dans la matinée de ce lundi 30 septembre à occuper le hall de la préfecture de la Drôme afin d'obtenir un rendez-vous: le maire d'Erôme et trois de ses adjoints, la présidente de l'association de défense des Erômains et l'ancien chef de centre des pompiers.
 

Une occupation pour obtenir des réponses


Les érômains ont déjà déposé deux plaintes contre deux arrêtés en lien avec leur occupation en préfecture. Une plainte de la mairie contre un projet photovoltaïque de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), et une plainte de l'association de défense des Erômains contre la fermeture de leur caserne de pompiers.
 

Permis de construire incomplet


La Compagnie Nationale du Rhône prévoit d'installer un parc photovoltaïque sur les berges du fleuve. Le terrain est une ancienne zone artisanale, propriété de l'Etat mais concédé à la CNR depuis 40 ans. Jamais exploité depuis, la nature a repris ses droits avec une forêt de 500 pins que souhaite défendre le maire d'Erôme, dont une centaine sont sur sa commune. Hors l'élu local reproche à la CNR de ne pas avoir fait mention de cette forêt dans sa demande de permis de construire.
"Le projet n'est pas une catastrophe, ce sont les conditions dans lesquelles il se fait que nous n'acceptons pas. [...] Il n'est pas fait motion de cette pinède dans le permis de construire. Les règles d'urbanisme ne sont pas respectées." tonne Dominique Genin, le maire d'Erôme.
Les érômains sont donc aller occuper la préfecture car les travaux doivent débuter le 10 octobre. Ils ont été reçus par le directeur de cabinet du préfet en fin de matinée pour poser un ultimatum.
La pinède défendue par le maire d'Erôme (Drôme) au bord de la Nationale 7 / © Google Earth
La pinède défendue par le maire d'Erôme (Drôme) au bord de la Nationale 7 / © Google Earth


Demande de suspension de travaux


Pour le maire, les travaux doivent être suspendus en attendant un procès. "Les travaux sont toujours planifiés, mais quand la décision de justice sera rendue, la forêt sera rasée." explique Dominique Genin. "Si les travaux ne sont pas suspendus, j'irai planter ma tente dans la forêt." renchérit l'apprenti zadiste.
 

Une attitude qui échappe à la CNR


La demande du maire d'Erôme "nous échappe" selon Nicolas Gay, référent au développement des énergies renouvelable à la CNR, "mais il connaît notre numéro et peut nous appeler".
Le référent de la CNR nous explique avoir accéder aux différentes requêtes de la commune durant l'élaboration du projet. "Le maire d'Erôme souhaitait conjuguer le projet avec le développement de l'activité de la zone économique." Raison pour laquelle deux hectares sur les sept de cette zone artisanale ne sont pas recouverts de panneaux photovoltaïques. Avant de poursuivre "et il a eu une deuxième demande à laquelle nous avons également accédé, à savoir partager la réussite du site avec la mise en oeuvre d'un financement participatif de 300.000€, accessible en priorité aux habitants de la communauté de communes."
En ce qui concerne la pinède, "les plantations ont été effectués par la CNR dans les années 70, elles sont anthropiques. Et selon nos experts, la plupart des pins sont victimes de la chenille processionnaire."
Quant à la plainte pour ne pas avoir déclarer ces arbres dans le permis de construire: "l'effet de la coupe de ces pins est dans l'étude d'impact. Cette étude vaut déclaration. Nous sommes en règle et prêts à lancer le chantier" affirme Nicolas Gay.
 

Une autre plainte pour conserver la caserne de pompiers


Autre doléance des érômains: ne pas fermer la caserne de pompiers. En effet, celle-ci doit fermer car les pompiers doivent pouvoir venir porter secours en moins de 25 minutes. Erôme dépend donc de Tain l'Hermitage, à 7 kms de là. "Sur mes 850 administrés, 600 sont à moins de 25 minutes des pompiers de Tain. Le problème est pour le haut du village, où les accès sont plus compliqués et là, j'ai 250 administrés qui habitent à plus de 25 minutes de la caserne."
 

Ultimatum pour vendredi


Les irréductibles érômains attendent une réponse du préfet pour vendredi à 09H00, sinon ils iront à nouveau dans le hall de la préfecture. Avec ou sans tente, on ne le sait pas encore.
 
La caserne de pompiers d'Erôme / © France 3 Rhône-Alpes
La caserne de pompiers d'Erôme / © France 3 Rhône-Alpes

Sur le même sujet

Les + Lus