Gaz de schiste : Total fixé fin janvier à propos du permis de Montélimar

Publié le Mis à jour le
Écrit par dm (avec AFP)

Le rapporteur public du tribunal administratif de Cergy-Pontoise préconise que Total puisse reprendre ses recherches de gaz de schiste dans la région de Montélimar dans des conclusions rendues publiques ce jour. Le permis délivré en 2010 sera-t-il rétabli? Décision du tribunal attendue fin janvier.

Total demande à reprendre ses recherches 

Le permis de Montélimar couvre plusieurs milliers de km2 dans la Drôme, en Ardèche, dans le Gard, le Vaucluse et dans l'Hérault. En 2011, le groupe pétrolier français Total avait vu ce permis de recherche (délivré en 2010) abrogé en raison de la loi du 13 juillet 2011. La loi interdit le recours à la fracturation hydraulique, technique d'extraction du gaz de schiste jugée néfaste pour l'environnement.



"C'est un peu un coup de théâtre", a réagi ce vendredi Me Hélène Bras, qui représente deux euro-députés écologistes, José Bové et Michèle Rivasi, parties civiles. "Le rapporteur public a demandé l'annulation, considérant qu'à l'époque il n'y avait pas d'ambiguïté car Total affirmait renoncer à la fracturation hydraulique", a expliqué Me Bras.



En décembre 2015, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise avait confirmé l'abrogation, faite en 2011, de deux permis d'exploration de gaz de schiste délivrés à la société Schuepbach en 2010 en Aveyron et en Ardèche. Le tribunal avait suivi les conclusions du rapporteur public.



Le permis de Montélimar sera-t-il rétabli ? La réaction des opposants entre stupéfaction et incompréhension...

durée de la vidéo: 01 min 37
Reportage H.Chapelon, S.Hyvon - 9/1/16 ©France 3 RA

Intervenants 

1 - Michèle Rivasi - Députée européenne EELV

2 - Anne Dez - Collectif anti gaz de schiste de la Drôme

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité