Une Coupe des Clubs Champions pas tout-à-fait pleine

ASSE / Bayern - Finale Coupe des clubs champions 1976 / © DR
ASSE / Bayern - Finale Coupe des clubs champions 1976 / © DR

Le compteur s’est arrêté un certain 12 mai 1976 dans un stade écossais aux fameux «poteaux carrés» contre des allemands doubles tenants du titre. 

Par Kathleen Garon

Article rédigé par Christian Conxicoeur

L’histoire n’a pas retenu que le score. Les noms des acteurs, les deux balles sur la transversale, et la remontée des Champs-Elysées font partie de la légende.

1/ les acteurs de départ​

Ce jour-là, le coach Robert Herbin alignait un bon vieux 4-3-3, avec dans le but le portier Yougoslave Ivan Curkovic impérial face à Eindhoven en ½ finale retour.
La défense était composée de l’argentin Osvaldo Piazza, dans l’axe Christian Lopez et à droite de Gérard Janvion, et à gauche Pierre Repellini.
Au milieu de terrain : Jean-Michel Larqué, capitaine, Dominique Bathenay et Jacques Santini.
En attaque, le trio était composé de Christian Sarramagna, de Patrick Revelli et de son frère Hervé Revelli.

2/ la transversale (les « poteaux carrés »)

C’est le morceau de bois qui aura fait couler le plus d’encre : des «square posts», des poteaux carrés qui, par deux fois, ont repoussé les assauts verts. Ah si les poteaux avaient été ronds… Bathenay, puis Santini, s’y sont cassé les dents, alors que la première mi-temps avait vu les verts se montrer rapidement les plus dangereux.
Certains prétendent que cette rencontre a été l’événement qui a accéléré la mise au rencard des objets. Difficile de trancher, mais au début des années 80, c’était fini : au musée les poteaux carrés ! (mais pas à celui de l’ASSE à qui les propriétaires des reliques demandaient … 37.000 euros)

3/ Le match

Hampden Park, 54.000 spectateurs. Face aux double tenants du titre, les Verts jouent crânement leur chance, et font monter la pression : un tir de Santini, trop croisé. Une frappe sèche de Bathenay en plein axe qui vient heurter la transversale. Bathenay à nouveau à gauche pour Sarramagna, qui centre sur Santini qui, de la tête trouve, encore une fois, la transversale.

En seconde période, les Verts, poussés par 25.000 supporters venus de France, continuaient leur pressing. A l'approche de l'heure de jeu, Gerd Muller, au duel avec Osvaldo Piazza s’écroule. C’est le coup franc à 25 mètres : Roth frappe en force au raz du sol. Curkovic est battu : 1 à 0 à la 57e minute).

Saint-Etienne ne lâche rien mais n’y arrive plus. Herbin sort l’ange vert de son banc. Un Rocheteau entreprenant mais qui ne renversera pas la vapeur. La messe est dite, mais les Verts, soutenus par tout un pays, feront quand même le «pélérinage» sur les Champs-Elysées. Ce jour-là, même la défaite était belle.

Pour ceux qui veulent revoir….

La transversale voit double ce jour-là

ASSE / Bayern - 1976
ASSE / Bayern - 1976 - Ina


Le résumé de la 1ère mi-temps (12 minutes) avec la frappe de Bathenay à 5 mn 10, et la tête de Santini à 9 mn 30
ASSE / Bayern - 1976 - résumé première mi-temps
ASSE 1976 - Frappe de Bathenay


Le résumé de la deuxième mi-temps (13 minutes) avec la frappe de Roth à 5 mn 30. 1 à 0, fin du rêve.
ASSE / Bayern - 1976 - résumé seconde mi-temps
ASSE / Bayern - 1976 - résumé seconde mi-temps

Pour connaître le début de l'histoire