• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Alpexpress, rendez-vous avec nos voisins suisses et italiens

Le samedi à 19h10 dans le JT des Alpes
Logo de l'émission Alpexpress, rendez-vous avec nos voisins suisses et italiens

Vive “le communisme de riches” à San Sicario !

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Des italiens très motivés pour faire revivre San Sicario et des Suisses qui se lancent dans la mort "bio"...

Par Kathleen Garon

A la une cette semaine, venu de l'Italie voisine: un nouveau modèle pour l'économie des stations de montagne, qui peut faire école.
Après bien des déboires depuis le faste des Jeux Olympiques de Turin 2006, San Sicario, (reliée à la Via Lattea, 400 kilomètres de pistes) est, ces dernières années, entrée en sommeil. Pas tant son domaine skiable, géré par la région Piémont, que son parc immobilier et commercial, administré par une série d'entrepreneurs peu scrupuleux et soucieux de son développement harmonieux.

Alors, les propriétaires de résidences secondaires (1.500 personnes environ dans toute l'Italie, et une poignée d'étrangers) ont décidé, il y a deux ans, de dire stop. Ils ont réussi, en créant une coopérative par actions (formule bien connue dans l'Italie centrale; l'Italie rouge des coopératives communistes historiquement !) à racheter à une banque toscane San Sicario.

Chaque actionnaire, (la coopérative en compte 601), ayant versé au minimum 10.000 et au plus 100.000 euros, dispose d'un seul droit de vote. Ce qui évite les prises de pouvoir intempestives. Et surtout, permet d'éviter les affairistes de l'immobilier qui ont, peu à peu, fait fuir les commerçants de San Sicario, laissant l'hiver dernier, une station de 6.000 lits quasiment sans commerces et services. Deux ans après avoir lancé l'opération, la coopérative a trouvé un accord qui lui permettra dès le début de la saison d'hiver 2012-2013, d'acquérir les 4500 m2 de surface commerciale de la station. (Une trentaine de magasins et immeubles). Prix d'achat: 6.130.000 euros.

Le prix à payer pour la première coopérative par actions non bancaire d'Italie. (C'est-à-dire autorisée par l'Autorité des Marchés Financiers transalpine : la Consob).
Le début de ce qui n'était qu'un rêve pour ces propriétaires, tenant d'un "communisme de riches", comme les a baptisé la presse italienne.
Le premier hiver, en fait, d'un plan industriel qui doit donner ses véritables fruits, à savoir la renaissance totale de San Sicario d'ici 7 ans!


Côté Suisse, la mode du tout bio envahit la confédération… jusqu'à la mort !
Dans le Jura suisse, une toute nouvelle entreprise de pompes funèbres propose de mourir… propre ! Avec cercueils bio et urnes funéraires recyclables !

Alpexpress du 20 octobre



Explosion à Lyon : le point sur les blessés samedi en fin de journée