Chroniques d'en haut

Le dimanche à 12h50
Logo de l'émission Chroniques d'en haut

Dans Chroniques d'en haut, ce sont les gens qui sont importants

Tournage de Chroniques d'en haut / © B. Amsellem / FTV
Tournage de Chroniques d'en haut / © B. Amsellem / FTV

Laurent Guillaume a fait sa rentrée le 14 septembre à 12h55  avec un nouveau compagnon. Que nous réserve donc la 22 saison de Chroniques d'en haut ? Interview.

Par Kathleen Garon

Laurent Guillaume a fait sa 22e rentrée le 14 septembre à 12h55 avec un nouveau compagnon, Emo. Que nous réserve donc Chroniques d'en haut cette saison ? Des changement sont annoncés. Il en présente quelques uns sur la plateau de Yannik Kusy.

Yannick Kusy : Cette année, vous ne serez pas seul, vous serez accompagné d'un ami à poil.
Laurent Guillaume : à poil, à truffe et à 4 pattes. C'est une envie que j'avais depuis un petit moment. Quand j'étais gamin, je me baladais en montagne avec le chien de la famille qui s'appelait Unouk qui est un berger allemand et je trouvais que ça donnait de la gaieté, de la joie de vivre, de la simplicité... des sensations assez agréables et j'ai eu envie de reproduire ça dans le magazine. L'équipe de Chroniques s'est prise d'affection pour un chien, Emo, un berger de Savoie. C'est une race en voie d'extinction. Il n'y en a plus que quelques spécimens seulement dans les Alpes.
Emo, son job, avant de se promener avec moi, était mâle reproducteur. Un good job ! Il était fatigué, il avait envie de prendre l'air, de faire autre chose. Alors on l'emmène chaque fois qu'on peut en tournage.

YK : En plus du magazine sur notre antenne, vous êtes présent sur les réseaux sociaux avec des petits modules. Dans le dernier par exemple, vous expliquez qu'on ne peut pas se promener n'importe où avec son chien. Vous ne pouvez pas l'emmener partout.
LG : Tout à fait. Par exemple, la semaine dernière, j'étais dans la Vanoise. Dans les parcs nationaux, les chiens sont interdits pour préserver la faune sauvage. Donc Emo est resté chez lui. En ville aussi, c'est pas toujours agréable pour lui. Donc on l'emmène quand c'est sympa pour lui, quand il y a de l'espace, quand il est bien.

YK : Que nous réserve le premier numéro de la saison
LG : Nous sommes allés dans les sources de la Loire, en Haute-Loire avec Emo parce que l'émission raconte ma première rencontre avec lui. On a fait connaissance. On est allé voir un dresseur pour qu'il m'apprenne à le prendre en main même s'il n'est pas violent Il est super tranquille, vraiment pépère comme chien. On a fait de la cani-rando inversée. Comme il n'avait pas trop envie de monter c'est moi qui l'ai un peu tiré. La Gerbier de Jonc, c'est un paysage assez abrupt,  il faut y aller. Une fois en haut, il était très bien.

YK : Chroniques d'en haut est fabriqué à Lyon et diffusé sur plusieurs antennes régionales. Il y a beaucoup de belles images. C'est ça votre cachet.
LG : Cette année beaucoup de choses dont changer : le générique, la musique, la façon de raconter des histoires mais on garde nos fondamentaux : les belles images. En plus notre région est tellement belle. Dès qu'on regarde quelque part c'est beau. Certaines régions ont moins de chance que nous.
Bien sûr on a un drpne. On essaye de mettre en valeur les paysages mais aussi les gens parce qu'un paysage vide reste un arbre ou un bout de caillou quand on perle de montagne. Ce sont les gens qui sont importants.

YK : Un petit mot de météo parce que vous êtes un fou de météo. En ce moment il faut super chaud, c'est normal ?
LG : oui, c'est un flux de sud mais attention ça chute à partir de mercredi...
 
La rentrée de Chroniques d'en haut par Laurent Guilaume
22e saison pour le magazine de la montagne avec quelques nouveautés que détaille Laurent Guillaume à Yannick Kusy - 19/20 du 14 septembre 2019

Suivez le tirage du 6e tour de la Coupe de France de football