Chroniques d'en haut

Le dimanche à 12h50
Logo de l'émission Chroniques d'en haut

Chroniques d'en haut : la dame de l'Oisans | dimanche 8 décembre à 12h50 sur France 3

Chroniques d'en haut : Marie-Claude Turc, la dame de l'Oisans / © Johan Andrieux
Chroniques d'en haut : Marie-Claude Turc, la dame de l'Oisans / © Johan Andrieux

Marie-Claude a dirigé La cordée, un hôtel restaurant, boutique à Saint-Christophe en Oisans dans la haute vallée du Vénéon pendant 25 ans. Aujourd'hui, elle a passé la main et peut enfin découvrir la montagne que ses clients lui racontaient lorsqu'ils faisaient escale chez elle.

Par Kathleen Garon

A l’est de l’Isère, il existe un territoire immense, sauvage et isolé :. Pendant des siècles, les hommes se sont fait une place tant bien que mal  dans cet écrin minéral encerclé par quelques-uns des plus beaux sommets des Alpes françaises. Aujourd’hui, ils ne sont plus que quelques dizaines. 

Marie-Claude Turc fait partie de ces irréductibles, issue d’une des plus anciennes familles de la région, elle dirige La Cordée, un hôtel restaurant fondé par ses grands-parents en 1907. Personnage emblématique de la vallée, elle fait vivre depuis plus de 25 ans son petit village natal: Saint-Christophe en Oisans. Ici pas de remontées mécaniques. C'est le hors-piste qui prédomine. Les adeptes viennent en car du monde entier.
Et tous viennent manger chez Marie. "La cordée, c'est un peu une institution, pour nous c'est l'endroit où on vient manger que ce soit l'été ou l'hiver, quand on rentre de course ou de ski... c'est l'endroit où on vient prendre des nouvelles des copains... C'est un peu le phare de la vallée" dit Benjamin Ribeyre, guide de haute montagne, un habitué des lieux.
Seule à la tête de son commerce, elle assure tous les postes et a même créé un hammam dans un bâtiment voisin. Repas, coucher, boutique, épicerie... il y a tout ce que vous voulez chez Marie. Un joyeux bazar où se côtoient foulards, peluches, cartes postales, produits locaux et toute une ribambelle de produits variés.
Au centre, trône un portrait de Pierre Gaspard, personnage illustre de la montagne et ancêtre de Marie. "Après l'expo, il ne pouvait rentrer à Paris, sa place est ici".

En la suivant sur trois saisons, ce film s’immerge dans la vie d’un petit monde de haute montagne qui continue d'échapper à la course effrénée du monde et du temps. Nous vivons également la passation de pouvoir avec les nouveaux aubergistes, Julie et Erick Kayser. "Nous on ne veut rien changer, on veut garder le même esprit. On n'aurait pas repris si c'était pour tout changer".
Marie-Claude passe la main mais ne quitte pas pour autant le village. Elle a aménagé un autre bâtiment qui appartient à sa famille, celui qui abrite déjà le hammam. Il est destiné à accueillir des projections, des concerts. C'est quelque chose qui ne demande qu'à vivre. Il y aura surement beaucoup moins de monde qu'au bar. Mais aujourd'hui j'ai envie de rapports plus denses avec les personnes.

Réalisation Johan Andrieux - Une coproduction FTV et Nomade productions
Plus d'infos sur La Cordée