auvergne
rhône-alpes
Choisir une région

Dimanche en politique - Auvergne

Dimanche à 11h30
Logo de l'émission Dimanche en politique - Auvergne

Les 3 séquences à retenir de Dimanche en Politique avec Michèle André (sénatrice PS du Puy-de-Dôme)

Michèle André, sénatrice socialiste du Puy-de-Dôme, était l'invitée de Dimanche en Politique, le 4 décembre. Elle a réagi au renoncement de François Hollande à se présenter à la prochaine élection présidentielle et fait valoir son attachement à Manuel Valls. 

Par Stéphane Moccozet

François Hollande pas candidat à sa propre succession

Le 1er décembre, François Hollande a annoncé qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat à l'Elysée. Michèle André a salué "la sagesse de cette décision". La sénatrice du Puy-de-Dôme reconnait que cette décision a dû être difficile à prendre, elle salue d'autant plus le renoncement du Président de la République qu'il a su écouter les avis au sein de son propre parti. "Il avait eu des multiples signes, des contacts, des rencontres, il lui avait été dit que, peut-être, si on voulait avancer avec la famille socialiste, il n'était peut-être plus le candidat qui pouvait porter nos couleurs".

Macron ou Valls ?

Michèle André n'a jamais vraiment caché sa sympathie pour le Premier Ministre. C'est, à ses yeux, le candidat idéal pour représenter le PS à la prochaine élection présidentielle. "Je suis une militante du Parti Socialiste, (...) pour moi il est naturel d'être auprès de celui qui a été dans cette instance",ajoute-t-elle. Concernant Emmanuel Macron, la parlementaire lui reconnait beaucoup de qualités, elle aurait aimé qu'il participe à la Primaire pour élever le débat. "J'ai rencontré Emmanuel Macron, c'est un garçon qui a beaucoup de talents, dit-elle, mais cette aventure de ni droite ni gauche, c'est une aventure que je comprends pas".

L'état du Parti Socialiste

"On a connu mieux en terme de forme globale du Parti Socialiste", reconnait Michèle André. la sénatrice a l'impression d'être "comme un poisson dans un tas de copeaux".