• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dimanche en politique - Auvergne

Dimanche à 11h30
Logo de l'émission Dimanche en politique - Auvergne

REPLAY. Laurence Vichnievsky, députée MoDem du Puy-de-Dôme, invitée de Dimanche En Politique

Laurence Vichnievsky est l'invitée de Dimanche En Politique, le 10 mars à 11h30. / © JACQUES DEMARTHON / AFP
Laurence Vichnievsky est l'invitée de Dimanche En Politique, le 10 mars à 11h30. / © JACQUES DEMARTHON / AFP

Laurence Vichnievsky était l’invitée de Dimanche En Politique sur France 3 Auvergne dimanche 10 mars à 11h30. Dans la dernière ligne droite du Grand Débat, la députée MoDem du Puy-de-Dôme a tiré les premiers enseignements de cet exercice de délibération collective.

Par France 3 Auvergne

Revoir l'émission

Grand débat : l'acte II du quinquennat ?

Le 15 mars, le grand débat national voulu par Emmanuel Macron s’achève. Voici venu le temps de la restitution et de la synthèse.
Des cahiers de doléances, plus de 10 000 réunions organisées, sans oublier le million de contributions déposées sur la plateforme Internet : le grand débat montre que les attentes des citoyens sont multiples et fortes. Elles embrassent tous les sujets : pouvoir d’achat, fracture territoriale, 80 km/h, rétablissement de l’ISF ou référendum d’initiative citoyenne.

Le mois de mars sera crucial. Dans l’espoir de sortir de la crise des Gilets Jaunes, quelles réponses l’exécutif doit-il donner ? Faut-il un nouvel effort fiscal et social après les 10 milliards d’euros accordés en décembre par Emmanuel Macron ?
Laurence Vichnievsky, députée de la 3ème circonscription du Puy-de-Dôme, est l’élue d’un territoire mi urbain-mi rural. Elle n’a pas échappé aux interrogations, notamment relayées par des maires de petites communes qui se sentent abandonnés. Faut-il envisager un nouveau mouvement de décentralisation comme remède à cette colère ?

Gilets jaunes : vers une sortie de crise ?

La crise des Gilets Jaunes et son cortège de manifestations a conduit à une proposition de loi dite « anticasseurs » pour mettre fin aux violences.
Durcir les lois, sans entraver la liberté de manifester : c’est un véritable numéro d’équilibriste pour les députés de la majorité. Le texte gouvernemental permet notamment aux Préfets d’interdire des manifestations et crée un nouveau délit de dissimulation du visage.
Dans l’hémicycle, Laurence Vichnievsky, vice-présidente de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, a plaidé à plusieurs reprises pour un texte plus équilibré : « Nous ne souhaitons pas laisser au pouvoir politique le droit d’empêcher les Français de manifester. » 

Loi anticasseurs, Gilets Jaunes et Grand Débat : Laurence Vichnievsky, députée MoDem du Puy-de-Dôme est l’invitée de Dimanche En Politique le 10 mars à 11h30 sur France 3 Auvergne
 
Face aux violences dans les manifestations, Laurence Vichnievsky, vice-présidente de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, a pris part à la rédaction de la loi anticasseurs. Elle explique pourquoi elle soutient la création d’un délit de dissimulation du visage :
 
«  Si on va masqué à une manifestation, il y a une large présomption de vouloir en découdre avec les forces de police. Et là, ce ne sont pas les Gilets Jaunes ou ceux qui souhaitent manifester pacifiquement. Ceux qui sont visés, ce sont les casseurs, les boxeurs, ceux qui détruisent les commerces et qui causent des dommages très conséquents comme à Clermont-Ferrand. Contre ces casseurs on doit pouvoir lutter de manière à pouvoir manifester dans des conditions pacifiques. »
 
La députée MoDem du Puy-de-Dôme tire les premiers enseignements du Grand Débat qui s’achève le 15 mars. En Auvergne, on compte près de 228 réunions publiques et 656 cahiers citoyens (chiffres en date du 8 mars).
 
Laurence Vichnievsky a perçu dans ces débats « une grande demande de justice fiscale, de pouvoir d’achat et une volonté d’être entendu grâce au Référendum d’Initiative Citoyenne. »

Cependant, l’ancienne magistrate émet des réserves sur le RIC : « Le RIC révocatoire, le RIC qui réformerait la Constitution, ne me paraît pas souhaitable. Il faut la stabilité de nos institutions. Le référendum ne peut pas être un moyen de gouverner au quotidien. »
 
Comment répartir la richesse ? « Il serait judicieux de rétablir l’ISF à titre symbolique, mais ce que je crois c’est qu’il faut une réforme d’ensemble de notre fiscalité. » La députée du Puy-de-Dôme prend pour exemple la taxation des GAFA : « Nos concitoyens s’agacent que de grosses entreprises ne soient pas fiscalisées de manière cohérente et adaptée à leurs bénéfices, alors qu’eux-mêmes voient leur pouvoir d’acaht diminuer. Je crois que la taxation des GAFA est un signal fort. Il faut continuer dans cette direction. »

Il s’agit de taxer les GAFA ( Google, Apple, Facebook, Amazon ) et toutes les entreprises du numérique réalisant au moins 750 millions d’euros de chiffre d’affaires sur les activités numériques dans le monde, et 25 millions en France.


Dimanche En Politique dimanche 10 mars à 11h30 sur France 3 Auvergne, une émission présentée par Brigitte Cante et Delphine Cros.


 

Ce 23 septembre, Federica a percé le dernier mur