auvergne
rhône-alpes
Choisir une région

La France en vrai

Tous les jeudis
Logo de l'émission La France en vrai

14/18 - Ils sont venus sauver la France

Les Indiens à Marseille / © Collection privée Dominique Faivre
Les Indiens à Marseille / © Collection privée Dominique Faivre

Ils sont algériens, marocains, tunisiens, chinois, annamites, mais aussi italiens, espagnols, serbes, portugais, belges, malgaches, créoles, ou encore anglais, hindous, sénégalais, australiens et américains  et nous ont sauvés. Découvrez leur histoire et leur héritage. En VOD

Par Kathleen Garon

Revoir l'émission

14/18 - Ils sont venus sauver la France

1914, quelque chose va changer : l'Autre n'est plus désormais le fruit de notre imaginaire… Ce n'est plus celui venu des contrées lointaines que l'on exhibait dans les expositions coloniales avec femmes et enfants. Aujourd’hui, il est là ; il marche dans nos rues, on peut lui parler, le toucher, assouvir notre curiosité, l'acclamer comme notre sauveur, l'aimer pourquoi pas, le détester s'il le faut.
L'autre est algérien, marocain, tunisien, chinois, annamite, mais aussi italien, espagnol, serbe, portugais, belge, malgache, créole, ou encore anglais, hindous, sénégalais, australien et américain. Il combat sur le front, ou travaille dans les usines ou dans les champs. 
Indiens à Marseille / © Collection privée Dominique Faivre
Indiens à Marseille / © Collection privée Dominique Faivre

Cette mobilisation générale et cet afflux d’hommes venus du monde entier sur notre territoire exercera une influence considérable sur ce qui a façonné la société française dans laquelle nous vivons aujourd’hui.
Ouvriers chinois à Châtellerault / © Collection particulière
Ouvriers chinois à Châtellerault / © Collection particulière
Bakary Diallo est le seul tirailleur africain à avoir laissé une trace écrite de cette guerre, Force-bonté, sans doute grâce à Lucie Cousturier, artiste peintre qui enseignait le français aux Africains dans la région de Fréjus. Illustrée par Sébastien Allart, leur histoire, celle de gens ordinaires qui ont vécu ces événements tragiques, s'égraine par touches sensibles tout au long de ce film.

Un documentaire de Jean-Pierre Carlon
Une coproduction France 3/ Les Docs du Nord - Candela Productions - Les Productions du Lagon - Pyramide Production



Erratum -  le témoin de l'assassinat de Jean Jaurès se nomme Raymond Velut et non Belot comme l'indique le sous-titre. Raymond Velut âgé de 17 ans et demi était garçon de café au Croissant.

A lire aussi