David Kimelfeld, maire du 4e arrondissement de Lyon et patron des socialistes du Rhône / © MaxPPPPHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP. Photo Pierre Augros
David Kimelfeld, maire du 4e arrondissement de Lyon et patron des socialistes du Rhône / © MaxPPPPHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP. Photo Pierre Augros

A 6 mois des élections régionales, le patron des socialistes du Rhône et maire du 4e arrondissement de Lyon, est l’invité d'Olivier Michel samedi 13 juin à 11h25.

Par Kathleen Garon

Sans surprise, le maire du 4e arrondissement de Lyon a été reconduit dans ses fonctions de Premier secrétaire fédéral cette semaine avec plus de 70% des voix des militants PS. Ce vote interne était organisé quelques jours après le Congrès du PS à Poitiers. Il est intervenu surtout dans un climat de forte tension au sein de la fédération socialiste du Rhône. 

David Kimelfeld, quel PS pour le Rhône ?


Fédération sous tension

La préparation des élections régionales suscite beaucoup de crispation au sein des socialistes lyonnais et rhodaniens. La liste PS soutenue Jean-Jack Queyranne a été retoquée dans le Rhône. Ce sont les frondeurs qui ont recueilli la majorité des suffrages des militants. Sur la métropole, la fédération est vent debout contre le Président de Région qui veut imposer en numéro 2 sa vice-présidente Farida Boudaoud exclue du PS lors des municipales de 2014. Bref, pour les socialistes, l’élection régionale ne pouvait pas plus mal commencer.
Dans le camp d’en face, la droite et son leader Laurent Wauquiez devrait faire l’union avec les centristes de l’UDI et du MODEM.
Pour débattre de l’actualité politique régionale, Olivier Michel a invité Philippe Cochet. Lui aussi dirige une fédération dans le Rhône, celle des Républicains. Il est également député et maire de Caluire-et-Cuire.

Croix-Rousse : la rebelle devenue bobo ?

En juillet 2011, David Kimelfeld devient maire du 4e arrondissement de Lyon (il y réside depuis 1986). Un arrondissement qui englobe le plateau de la Croix-Rousse.
La Croix-Rousse, c’est un quartier de Lyon bien à part. Une commune dans la ville… Son histoire est liée à l’industrie de la soie et au travail des Canuts. «La colline qui travaille»  deviendra une sorte de laboratoire social ouvrier : premier conseil des prud'hommes, les premières expériences mutualistes, les premières boutique "coopérative" française, etc.
Dans les années 70, la Croix-Rousse affirme encore son côté rebelle. En 1972, un comité populaire est même créé pour lutter contre le tout-béton de l’époque Louis Pradel. Squatts, restaurants autogérés, crèches parentales, imprimeries parallèles, collectifs militants, associations en tous genre, le Plateau mais surtout les Pentes (à ne pas  confondre !) entretiennent l’image d’un passé libertaire et idéaliste.
Et puis, il y a 15 ans, le quartier sera rattrapé par la réalité économique : la hausse des prix de l’immobilier. La population de la Croix-Rousse change. Certains la qualifient aujourd’hui de quartier «bourgeois-bohème»…
Olivier Michel évouqera cette évolution avec Robert Luc, 73 ans dont…73 passées à la Croix-Rousse. Robert Luc a été correspondant de presse  pour le Progrès pendant un quart de siècle. Il participe à l’un des quatre conseils de quartier.

Le flash de midi présenté par Julien Sauvadeon

Face à l’actu…

Olivier Michel reviendra avec David Kimelfeld sur les principaux faits de l’actualité de cette semaine notamment le plan Valls en faveur de l’emploi, les suites du Congrès de Poitiers, le dernier rapport sur le financement des retraites, les 3 millions d’enfants pauvres recensés par l’UNICEF…

Émission préparée et présentée par Olivier Michel
Réalisation Denis Milan - Rédaction en chef Laurent Mazurier