auvergne
rhône-alpes
Choisir une région
Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne / © DR
Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne / © DR

Il y a 8 mois,  à 41 ans, Gaël Perdriau devenait maire de Saint-Etienne, deuxième ville de la région, en ravissant la municipalité à la majorité socialiste menée par Maurice Vincent. Paul Satis dresse avec lui ses grandes orientations. Samedi 22 novembre à 11h30

Par Kathleen Garon

Revoir l'émission

Il n'est pas encore temps de faire le bilan de ce basculement à droite de Saint-Etienne, mais assez tôt pour dessiner ce que seront les grandes lignes de la mandature Perdriau.

Quid des emprunts toxiques

Même si la situation a été apurée, Saint-Etienne paye encore le prix de ces emprunts structurés qu'on a appelé "emprunts toxiques". Pendant la campagne municipale, Gaël Perdriau avait beaucoup reproché au maire sortant d'avoir mené une politique trop austère en prétextant les difficultés liées à ces emprunts. Maintenant qu'il est aux commandes, de quel marge de manoeuvre dispose t-il ? Il débattra de cette question des emprunts toxiques avec Christophe Faverjon, le maire communiste d'Unieux, cette petite ville de la Loire, elle aussi touchée par ces emprunts.

Saint Etienne qui réussit

Malgré son image  parfois négative, St Etienne est terre de grandes réussites économiques. Gaël Perdriau en parlera avec Jacques Mahul. C'est le fondateur de Focal, un des leaders mondiaux de la hi-fi haut de gamme. Mahul se définit lui-même comme un  patriote économique. Il a toujours refusé de délocaliser.  Ses enceintes sont conçues et fabriquées dans la Loire, et ça marche. Focal gagne de l'argent, et compte plus de 200 salariés.

Après le flash de midi, comme chaque samedi, l'invité réagit à l'actualité. Avec Gaël Perdriau, on parlera notamment de son soutien à Nicolas Sarkozy, à une semaine de l'élection à la présidence de l'UMP. On parlera aussi de la grève des agents municipaux de Saint-Etienne.

Une émission dirigée et présentée par Paul Satis - Préparée par Adrien Grou-Radenez - Réalisée par Denis Milan
Rédacteur en chef, Laurent Mazurier

A lire aussi