auvergne
rhône-alpes
Choisir une région

Vous êtes formidables

Du lundi au jeudi à 9h05
Logo de l'émission Vous êtes formidables

REPLAY. Dominique Hervieu, directrice de la maison de la danse de Lyon, invité de Vous êtes formidables sur France 3

Dominique Hervieu et Alain Fauritte sur le plateau de l'émission "Vous êtes formidables" / © Vous êtes formidables / FTV
Dominique Hervieu et Alain Fauritte sur le plateau de l'émission "Vous êtes formidables" / © Vous êtes formidables / FTV

En ces temps difficiles où la Covid 19 nous tétanise, les professionnels du spectacle vivant se battent pour garder espoir. C’est le cas de Dominique Hervieu, Directrice de la Maison de la Danse de Lyon. Elle est l’invitée de « Vous êtes Formidables ! », vendredi à 10H15 sur France 3.

Par Alain Fauritte

La danse, c’est l’art du mouvement. Avec l’arrivée de l’épidémie de Covid 19, le mouvement a été  mis à mal. C’est le moins que l’on puisse dire, avec un point d’orgue, le confinement. Il n’empêchait certes pas de bouger chez soi, ni même de danser seul. Mais la danse, c’est quelque chose qui se partage. On danse dans les fêtes, dans les boites de nuit, on va voir danser des gens au spectacle. C’est l’art du mouvement mais aussi l’art du partage. Pendant plusieurs mois, les spectacles se sont arrêtés. Le monde du spectacle vivant est entré dans une longue et pénible léthargie. Depuis la rentrée, les jauges des salles ont été adaptées aux contraintes sanitaires. Les artistes ont pu se remettre à faire rêver, à étonner, à questionner. Pour combien de temps ? Croisons les doigts. Pour les grands événements qui attirent des foules considérables, il faudra attendre encore un peu. C’est le cas de la Biennale de la Danse de Lyon et son fameux défilé, qui a été reporté de septembre 2020 au printemps 2021. Un crève-cœur pour Dominique Hervieu, qui dirige cette institution depuis près de 10 ans, mais ce qui comptait c’était de ne pas annuler…

Une vie de créations

Dominique Hervieu, c’est avant tout une immense danseuse. C’est aussi une chorégraphe qui a marqué les années 80 et 90 avec son complice José Montalvo. La compagnie qu’ils ont lancée en 1981 a produit des spectacles acclamés sur toutes les plus grandes scènes de la planète. Ensemble, ils ont inventé un style en mélangeant les influences classiques, contemporaines mais aussi le Flamenco et les danses urbaines. Ils font partie de ces artistes qui font progresser l’art en lui donnant un nouveau souffle. Aujourd’hui, même s’ils n’ont jamais cessé de créer, chacun est à la tête d’une institution. La Maison des Arts et de la Culture de Créteil pour José Montalvo (avec Nathalie Decoudu), et la Maison de la Danse de Lyon pour Dominique Hervieu. Elle y est arrivée en 2010, poussée par Guy Darmet, jusqu’alors directeur et fondateur de cette institution unique au monde. Depuis, elle se démène sans compter pour conforter et élargir la place de Lyon dans le monde de la danse et surtout pour démocratiser cet art auquel on reproche encore d’être celui d’une élite. Elle multiplie ainsi les actions dans les lieux « insolites » (hôpitaux, prisons, bibliothèques, centres commerciaux, musées). Elle favorise les rencontres entre danseurs, chorégraphes, et populations de quartiers modestes. Elle multiplie les actions avec les jeunes publics. Elle a créé « Numéridanse », une sorte de You Tube de la danse, immense banque de données où l’on peut visionner gratuitement des milliers de vidéos pour découvrir cet art. Vous avez dit hyperactive ?

Tournée vers les autres

Je me suis toujours dit qu’il devait être épuisant de travailler avec une telle boule d’énergie. Une boule dans un corps de brindille ! En même temps, elle fait partie de ces êtres charismatiques qui vous emportent avec eux comme dans un tourbillon. Elle a un enthousiasme communicatif, des yeux pétillants, une gestuelle captivante. Le contraste entre le physique presque frêle et l’intensité de la parole est saisissant. C’est ce qui ne cesse de m’étonner à chacune de nos rencontres. La Première a eu lieu le 28 mai 2015, dans l’émission matinale Rhône-Alpes Matin. Il y était question de Babel 8.3, un spectacle auquel participaient 200 habitants des 8ème et 3ème arrondissements de Lyon. J’avais été ému de voir avec quelle tendresse elle faisait travailler des non professionnels, des personnes âgées, avec comme seul objectif de leur apporter du plaisir, de les valoriser. J’ai compris à ce moment que toute l’énergie de cette femme était tournée vers les autres. Ça ne s’est pas démenti par la suite, puisque nous avons décidé de nous retrouver tous les mois, à partir du 22 septembre 2017 dans 9H50 le matin, pour initier les téléspectateurs aux divers styles de danse. Un exercice de vulgarisation auquel elle s’est prêtée avec talent et moi avec délectation, servant de cobaye pour des initiations à quelques pas. J’ai alors pu savourer son érudition, sa gourmandise à transmettre et son magnétisme. Car c’est une femme qu’on regarde, qu’on écoute sans pouvoir détourner son attention tant elle est passionnante. Quel bonheur !

Montalvo-Hervieu pour toujours

J’ai donc pu, durant quelques mois, avoir le privilège de côtoyer un univers que je connaissais mal et partager avec cette grande dame des moments précieux que j’attendais avec toujours plus d’impatience. D’autant qu’ils me permettaient de me mettre en scène avec autodérision, exercice que j’affectionne particulièrement ! C’est donc avec d’autant plus de plaisir que j’abordais ce « Vous êtes Formidables ! » et son contenu plus personnel. J’ai ainsi découvert ses origines normandes et constaté son plaisir à découvrir une photo de sa commune natale de Coutances. J’ai savouré de nouveau son talent de danseuse. Et j’ai eu le plaisir de lui faire plaisir, en diffusant un message touchant de José Montalvo. Les larmes n’étaient pas loin et l’on ressent encore ce lien professionnel essentiel entre eux, qui ne sera jamais rompu. Pour la petite histoire, notre très précieuse collaboratrice Séverine, a dû courser le bonhomme et le harceler de coups de fil durant 3 semaines pour enfin obtenir le précieux message le matin de l’enregistrement de l’émission. Non qu’il n’ait pas souhaité l’envoyer, mais en raison de son emploi du temps et surtout de son manque de maitrise des outils numériques. Un comble pour celui qui fut un précurseur en incluant des vidéos à ses spectacles de danse !

Le Tourbillon de la Danse

A l’arrivée, une belle émission passée à la vitesse d’un éclair dans le ciel. J’avais encore mille questions à lui poser lorsqu’est venu le moment du selfie final, mais aussi un reportage à lui montrer sur une exposition passionnante proposée jusqu’au 1er novembre par le Centre National du Costume de scène et de la scénographie de Moulins et consacrée aux couturiers qui ont travaillé pour des chorégraphes. Mais c’est comme ça avec les invités passionnants. On ressort frustré de tout ce qui n’a pu être dit. Mais ça je suis le seul à le savoir ! Au fait pour quoi ce titre « Dancing Lady » ? C’est bien sûr en raison du talent de danseuse de notre invitée. Mais c’est aussi le titre d’un film musical des années 30 (« Le Tourbillon de la Danse » en France), qui marque la première apparition de Fred Astaire, avec en vedette Joan Crawford. Comme Dominique Hervieu, c’était une femme déterminée, magnétique et intense. Et la comédie musicale, souvent méprisée par le monde de la danse, Dominique Hervieu la considère comme faisant partie intégrante de cet art aux multiples facettes. Et pour découvrir une de ces facettes, tiens, allez donc faire un tour au « Paradis ». C’est gratuit et c’est sur Numéridanse. Et clic !