auvergne
rhône-alpes
Choisir une région

Vous êtes formidables

Le vendredi à 10h20
Logo de l'émission Vous êtes formidables

Jean Sarrus : Charlot sans son chapeau

Jean Sarrus, invité d'Alain Fauritte sur le plateau de "Vous êtes formidables !" / © Vous êtes formidables / FTV
Jean Sarrus, invité d'Alain Fauritte sur le plateau de "Vous êtes formidables !" / © Vous êtes formidables / FTV

Il faisait partie du groupe le plus populaire des années 70-80 : Les Charlots. Jean Sarrus est l’invité de «Vous êtes Formidables» sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes.
 

Par Alain Fauritte

Quand on m’appelle pour me proposer d’inviter Jean Sarrus dans « Vous êtes formidables », j’avoue avoir une panne de cerveau. Un bug. Qui est donc Jean Sarrus ? Pendant 3 secondes, j’ai les yeux dans le vide, le bec pendant ! Pas beau à voir. Mon interlocutrice bien élevée ajoute très vite : vous savez, «Les Charlots» ! Et là, feu d’artifice, le Messie de Haendel, je retrouve une étincelle dans les yeux et le sourire. Mais oui, «Les Charlots». Toute mon enfance et mon adolescence. Les années 70. Une forme d’insouciance. C’est vrai qu’on aime enjoliver le passé parce que les années 70, c’est quand même le premier choc pétrolier, les colorants alimentaires et la pollution à outrance… et surtout les cols pelle à tarte et les pattes d’eph… quand même, ça calme !  Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Charlots. Des tubes humoristiques en pagaille qu’on a encore tous dans l’oreille : "Paulette la reine des paupiettes", "Merci Patron", "Derrière chez Moi, Si tu n’veux pas payer d’impôts" ou encore "L’Apérobic", pour ne citer que quelques pépites parmi les dizaines de productions des 5 énergumènes.  

Des Rebelles aux Charlots

Les Charlots, c’est quand même un drôle de truc. Au départ, ils sont 5, musiciens pur rock. Ils se produisent sous les enseignes successives «Les Rebelles», «Les Tarés», puis «Les Problèmes». Ils s’acoquinent vite avec un jeune chevelu contestataire qui propose de mettre en cage Johnny Halliday dans ses «Elucubrations» («Ma mère m’a dit Antoine va te faire couper les cheveux…»). Le groupe accompagne la nouvelle égérie de la jeunesse pré-soixante huitarde (on est en 1966). Que du sérieux. Ils font même la 1ère partie des Stones. Et puis voilà qu’au cours d’un voyage au Canada, ils découvrent «Les Brutos», quintette humoristique dont le leader n’est autre qu’Aldo Maccione. Les blagues de potaches réservées aux coulisses de leur vie de musiciens peuvent être un créneau porteur sur scène. Du coup, la coupe de rocker laisse la place à un look Beatles. La farce succède aux messages contestataires. Les rockers se transforment en «mods». Bref, ils passent à l’ennemi. «Les Charlots» sont nés. Ils s’appellent alors Gérard Rinaldi, Gérard Filipelli, Luis Rego, Jean-Guy Fechner et… Jean Sarrus.

Les rois du cinéma

Très vite, c’est le succès dans la chanson… et au cinéma. Christian Fechner, frère de Jean-Guy, est un producteur avisé. Il flaire le bon filon et il a raison. «La Grande Java» fait un carton : plus de 3 millions d’entrées. Leur 2e film, «Les Bidasses en Folie», signé Claude Zidi, sera leur plus grand succès avec près de 7,5 millions de spectateurs. Au total, leurs 15 films engrangeront 40 millions de tickets en France et presqu’autant à l’étranger. Car «les 5 fous», comme on les appelle partout dans le monde, sont connus sur toute la planète. Y compris en Inde. La belle aventure va durer jusqu’au milieu des années 80, marquées par leur séparation. Le leader Gérard Rinaldi répond à une proposition de rôle de vétérinaire dans la série à succès "Marc et Sophie". Une vraie déception pour Jean Sarrus et une belle amitié entachée. Ils ne se parleront plus pendant 22 ans et se retrouverons peu avant la disparition de Gérard à l’occasion de la tournée «Age tendre et tête de bois», qui réunit les stars de la chanson des années 60 et 70.   
 

Alain Fauritte et Jean Sarrus, belle complicité sur le plateau de "Vous êtes formidables" / © Vous êtes formidables/FTV
Alain Fauritte et Jean Sarrus, belle complicité sur le plateau de "Vous êtes formidables" / © Vous êtes formidables/FTV

     

 

Retrouvailles

Une tournée importante pour eux, puisqu’elle permet aux deux complices de recoller les morceaux. Car «Les Charlots», c’est avant tout une histoire d’amitié. Derrière la déconne et le succès, il y a un vrai attachement aux autres. Malgré les difficultés de la vie de groupe, ces gais lurons ont fait la route ensemble durant une vingtaine d’années. Aujourd’hui, Jean Sarrus, devenu auvergnat, n’est pas écrasé par le poids de la nostalgie. Les souvenirs sont là, intacts. Malgré la cicatrice de la disparition de Gérard Rinaldi en 2012, il a toujours de la malice dans les yeux. Lorsque je lui dis en coulisses que «Les Charlots» sont un des points de repère de mon adolescence, je le sens presque gêné. Certes, les films aux gags parfois un peu lourds ne sont pas des monuments du 7ème art, mais ils font partie de notre panthéon émotionnel, comme les chansons populaires qui nous construisent autant que les chefs d’œuvres de la poésie.

Témoins d’une époque

Ces figures liées à l’enfance sont toujours émouvantes à croiser. Jean Sarrus a fréquenté toutes les stars de mes 15 ans. Il a fait tourner des tables avec Françoise Hardy, échangé avec Louis de Funès et Mick Jagger (dans un mauvais anglais – sic). Il a vécu la vie de château mais aussi les animations dans les supermarchés. Une vie bien remplie et la tête pleine d’anecdotes. Ainsi ce voyage en autocar avec les chanteurs de la tournée Âge Tendre, sur la route escarpée de la Turbie, au-dessus de Monaco. La boite de vitesse fume dans l’habitacle. Les artistes s’inquiètent. Gérard Palaprat («Pour la fin du monde») impassible, diffuse des huiles essentielles. Georgette Lemaire («Vous étiez Belle, Madame»), agite frénétiquement un pendule » en psalmodiant «on va tous mourir !». Un autre passager lui suggère de se faire assister par Jean Sarrus, qui possède aussi un pendule d'un autre style, pour plus d’efficacité. Le Charlot accourt avec une souris d’ordinateur pendue au bout d’un fil pour s’exécuter… Rire général ! Ils ont tous survécu. C’est un peu ça l’humour Charlots. C’est ce qui nous faisait nous plier en 4 de rire il y a 50 ans et embue nos souvenirs aujourd’hui.