auvergne
rhône-alpes
Choisir une région

Vous êtes formidables

Le vendredi à 10h20
Logo de l'émission Vous êtes formidables

Muriel Boucher-Zazoui : faiseuse de champions…

Alain Fauritte et son invitée Muriel Boucher-Zazoui sur le plateau de l'émission "Vous êtes formidables" / © FTV / Vous êtes formidables
Alain Fauritte et son invitée Muriel Boucher-Zazoui sur le plateau de l'émission "Vous êtes formidables" / © FTV / Vous êtes formidables

Chorégraphe et entraineur des meilleurs couples français de l’histoire de la danse sur glace mondiale, elle poursuit la transmission du savoir aux nouvelles générations. Muriel Boucher-Zazoui est l’invitée de « Vous êtes Formidables ! », vendredi à 10H15 sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes.

Par Alain Fauritte

La première fois que j’ai rencontré Muriel Boucher-Zazoui, c’était il y a quelques mois, juste avant d’accueillir Gwendal Peizerat sur le plateau de « Vous êtes formidables ». Fidèles à la formule des messages adressés aux invités, nous avions demandé à son entraineur de toujours au Club des sports de  glace de Lyon, de nous dire quelques mots sur le partenaire de Marina Anissina. Coincée par un emploi du temps très serré, elle nous avait donné rendez-vous dans un centre de rééducation physique qu’elle fréquente assidûment. En effet, depuis plusieurs années elle se déplace dans un fauteuil électrique en raison d’une paralysie contre laquelle elle lutte avec acharnement. Ce qui frappe instantanément chez cette femme, c’est sa douceur et sa force. Un sourire chaleureux et une détermination plus puissante que tout. Un mariage étonnant qui fait d’elle depuis des décennies l’un des entraineurs de danse sur glace les plus respectés de la planète.

Une Seconde Maman

Car entrainer de jeunes athlètes est sans doute la chose la plus complexe qui soit. Il faut à la fois enseigner des connaissances techniques et tenir compte de la psychologie. Ses élèves le disent, elle les suit en permanence, appelle pendant les vacances pour savoir comment ils se portent. C’est une « seconde maman », comme l’a souvent rappelé Gwendal Peizerat, qu’elle a découvert lorsqu’il avait 4 ans. Elle a détecté en lui très tôt les qualités nécessaires pour faire le champion olympique qu’il est devenu en 2002 à Salt Lake City. Mais pour un Gwendal Peizerat combien d’espoirs déçus, combien d’abandons prématurés ? Un couple de médaillés olympiques ne se forme pas en quelques mois. Ce sont des années d’efforts répétés. Ce sont des matinées et des matinées où l’entraineur se lève très tôt pour aller chercher les enfants chez eux, à une heure où les transports en commun n’ont pas débuté leur ballet. Quelques années plus tard, les rêves peuvent s’envoler à cause d’un événement qui vient bouleverser leur vie. Comme quoi ? L’amour, c’est le pire de tous. Il anéantit tout sur son passage. Les motivations, les rêves, rien n’y résiste…

Des Victoires Volées

Et lorsque les sentiments ne viennent pas briser les couples, ce sont les injustices. Demandez à Muriel quels sont les plus beaux souvenirs de sa vie, elle vous répondra spontanément : « les médailles », pour le bonheur qu’elles ont suscité chez ses athlètes et qui sont pour elle la récompense de son labeur. Mais les pires souvenirs sont aussi des médailles. Celles qu’ils auraient dû remporter et qui leur ont été volées par des injustices. On sait que depuis toujours le monde du patinage est gangréné par les querelles d’écoles et par les nationalismes. Heureusement, la réforme de la notation a un peu remis les pendules à l’heure, mais les cicatrices sont encore là pour ceux qui méritaient le graal et sont repartis avec des lots de consolation qui n’ont rien consolé…

Un parcours impressionnant

Mais comme elle le dit aussi « je ne regarde jamais derrière moi ». C’est donc nous qui regardons derrière elle et le parcours est impressionnant. Pour ne citer que les plus médaillés, c’est à elle que l’on doit les triomphes de Marina Anissina et Gwendal Peizerat, mais aussi d’Isabelle Delobel et Olivier Sheonfelder (qui travaille aujourd’hui à ses côtés et vis-à-vis duquel elle ne tarit pas d’éloges) ainsi que Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, qu’elle a accompagnés tant qu’elle l’a pu. Car malgré son talent, son énergie et son optimisme, elle a eu du mal à lutter contre les crocs en jambe de la Fédération des Sports de Glace et son ancien Président Didier Gailhaguet. Une véritable guerre dont il est difficile de connaitre tous les tenants mais qui ressemble fort à une querelle de pouvoirs. Celui du savoir-faire contre celui de l’égo. Mais là aussi, Muriel Boucher-Zazoui est philosophe. Lorsque l’un de ses « disciples » emmène Gabriella et Guillaume s’entrainer à Montréal, elle ne retient qu’une chose : c’est toujours son enseignement et sa philosophie qui vont guider leur carrière. Et leur médaille d’argent aux JO de Pyongyang est un peu la sienne.

Un Secret bien gardé…

La question qui se pose, c’est bien sûr celle de l’avenir. Qui seront les prochains couples de champions internationaux issus du Club de Lyon ? Les jeunes pousses sont là. Comme autant d’espoirs de belles rencontres et de belles médailles à venir. Alors certes, ça ne marche pas à tous les coups, mais le savoir-faire est là. C’est quoi au fait, le savoir-faire de Muriel ? Sa recette pour faire des champions ? C’est son secret. Un sourire charmeur et une douceur qui ne sauraient tromper. Derrière cette dame affable et pétillante, il y a une experte avec un œil acéré et une autorité naturelle qui fait que le message passe… Quand on sait la dureté de certaines méthodes d’entrainement en Russie ou en Chine, où les athlètes adhèrent ou explosent en vol, on imagine bien qu’une médaille olympique ne s’obtient pas avec des sourires et de la douceur. L’entraineur et chorégraphe lyonnaise ne s’en cache pas. Il faut toucher au bon endroit pour que les choses avancent. C’est aussi ça le secret…