FCO : les jeunes veaux à nouveau bloqués à la frontière espagnole

Le 12 janvier 2016, l'export des veaux de la France vers l'Espagne a été stoppée à cause de la fièvre catarrhale ovine. Elle pourrait reprendre le 19 janvier. / © AFP PHOTO DAMIEN MEYER
Le 12 janvier 2016, l'export des veaux de la France vers l'Espagne a été stoppée à cause de la fièvre catarrhale ovine. Elle pourrait reprendre le 19 janvier. / © AFP PHOTO DAMIEN MEYER

L'export de veaux âgés de moins de 70 jours provenant d'élevages situés dans la zone réglementée établie suite à l'épidémie de fièvre catarrhale ovine (FCO) est de nouveau stoppé vers l'Espagne, a-t-on appris mardi auprès des syndicats agricoles.

Par AFP

Le protocole d'accord entre la France et l'Espagne sur les conditions d'export d'animaux vivants depuis la zone réglementée FCO a expiré et, depuis le 1er janvier, les autorités espagnoles ont fermé leurs frontières à toutes les bêtes non vaccinées. Or, "un tiers des veaux naissant de races laitières ou croisés partent vers l'Espagne, qui reste le principal débouché", explique Yannick Fialip, responsable de la section laitière de la FRSEA Massif central, l'une des régions le plus durement touchées.
 
Le marché espagnol absorbe 7 000 à 10 000 veaux par mois et, dans certains départements, "jusqu'à 1 000 veaux par mois", selon un communiqué de la FRSEA Massif Central, des Jeunes Agriculteurs de l'Auvergne et du Limousin et de la Copamac (Conférence des présidents des organisations agricoles du Massif central).
           
"C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Les éleveurs ne savent plus quoi faire de leurs veaux, d'autant qu'ils ont perdu la moitié de leur valeur. Certains sont devenus invendables", déplore le responsable syndical. "On ne fait pas naître des petits veaux pour qu'ils soient voués à l'euthanasie, à la mort. Cela remet en cause notre métier", renchérit Anthony Fayolle, responsable de la section bovine chez les Jeunes Agriculteurs.
           
Une situation d'autant plus "intolérable" que dans les exploitations laitières de montagne, l'export représente parfois 25% du revenu des éleveurs, déjà touchés la sécheresse et les difficultés économiques.  "Avant, on arrivait à rééquilibrer la baisse du prix du lait avec la vente des veaux. Aujourd'hui, toutes nos sources de revenus sont touchées", regrette encore
Yannick Fialip, pour qui "le gouvernement n'a pas anticipé le problème".
           
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a toutefois promis dans un communiqué que les envois de veaux vers l'Espagne pourraient reprendre "dès la semaine prochaine", car la zone réglementée a été déclarée "en situation d'inactivité vectorielle" depuis le 5 janvier. Cela signifie que les insectes vecteurs de la maladie ne sont pas actifs, en raison de la période hivernale.
 
"Dans le cadre des négociations ininterrompues entre l'Espagne et la France, les autorités espagnoles ont accepté que les veaux ayant fait l'objet, 14 jours après le début de la période d'inactivité vectorielle, d'analyses démontrant qu'ils n'étaient pas touchés par la FCO (...) puissent entrer sur leur territoire", précise le communiqué.
           
Les exportations devraient donc pouvoir reprendre à partir du 19 janvier.

Sur le même sujet

Les + Lus