• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Fièvre catarrhale : l'Etat et Merial constituent une réserve de vaccins à Lyon

© AFP
© AFP

L'Etat et le laboratoire vétérinaire Merial vont constituer une réserve stratégique de vaccins contre la fièvre catarrhale ovine à Lyon. Ce stock d'antigènes permettra d'immuniser dans des délais très courts des cheptels en cas d'épidémie avérée.   

Par Philippe Bette

L'Etat francais et le laboratoire vétérinaire Merial ont conclu un accord pour constituer une réserve stratégique de composants susceptibles de produire dans des délais très courts 6 millions de vaccins pour protéger les élevages nationaux contre la fièvre catarrhale ovine (FCO).Cette banque d'antigènes contre la FCO constitue une première mondiale, selon Merial.

Concrètement, les doses seront stockées à froid dans des cuves remplies d'azote liquide sur le site de Lyon Portes-des-Alpes du laboratoire français, filiale de Sanofi. Cette réserve stratégique est "une sorte d'assurance à laquelle peut faire appel le gouvernement" pour immuniser les cheptels ovin et bovin français en cas de menace épidémique de la FCO, a expliqué Silke Birlenbach, directrice du département santé publique vétérinaire de Merial.

"L'idée c'est d'avoir sous le coude en cas d'urgence de quoi stopper une introduction sur le territoire du virus en question", a ajouté Patrick Dehaumont, responsable de la Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture.Le coût total de ce dispositif pour l'Etat est de 4,6 millions d'euros.

La fièvre catarrhale ovine, ou maladie de la langue bleue, est un virus originaire d'Afrique et du Moyen-Orient qui se transmet aux vaches et moutons par un moucheron piqueur. Maladie strictement animale et non contagieuse, elle n'affecte pas l'homme.


Sur le même sujet

Eugène Christophe parle de la naissance du maillot jaune

Les + Lus