Gaz de schiste : et le permis d'exploration de Montélimar ?

Les riverains s'étaient mobilisés à coup de pétitions et de manifestations pour empêcher la prospection sous leurs pieds. / © France 3 RA
Les riverains s'étaient mobilisés à coup de pétitions et de manifestations pour empêcher la prospection sous leurs pieds. / © France 3 RA

Les permis de recherche d'hydrocarbures Plaine d'Alès, Bassin d’Alès et Navacelles n'ont plus d'existence officielle sur les départements du Gard, de l’Ardèche et de Lozère. Les « collectifs français NON aux pétrole et gaz de schiste s’en réjouissent mais restent vigilants.

Par Sandra Méallier

La publication de la carte de France des « Périmètres des titres miniers d’hydrocarbures » en octobre dernier par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire montrait un grand quart sud-est vierge de tout titre d'exploration ou d'exploitation d'hydrocarbures.

Sollicité par les collectifs français "NON aux pétrole et gaz de schiste" suite à cette publication, le préfet du Gard a confirmé le rejet des demandes de prolongation des trois PERH de Plaine d'Alès, Bassin d'Alès et Navacelles - expirés depuis 2014 et 2015 - par trois arrêtés interministériels du 15 mars 2017, confirmant ainsi leur expiration définitive.

Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a par ailleurs confirmé que les titulaires de ces trois PERH n'ont pas introduit de recours contre ces décisions de rejet. C'est une victoire pour les riverains et les élus de ce territoire, mobilisés depuis 7 ans.

Toutefois le permis de Montélimar, impactant de vastes superficies des départements de l'Hérault, du Gard, de l'Ardèche et de la Drôme, est toujours en attente d'une décision de la Cour administrative d'appel de Versailles qui sera connue mi-décembre prochain.


Sur le même sujet

Glisse en coeur, au Grand Bornand

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés