Grenoble : la permanence du PS a été vandalisée dans la nuit

Samedi 21 janvier, aux alentours de 2h30 du matin, un ou plusieurs individus se sont attaqués aux bureaux du PS Isère à Grenoble, situé rue Nicolas Chorier.

Réalisé par Cédric Picaud
Les rideaux extérieurs ont été arrachés, des vitres brisées et les murs tagués. D'après le commissariat de Grenoble, "a voté, saccage primaires" a été inscrit en bleu sur le mur de la permanence du Parti socialiste de l'isère.

Les riverains réveillés par le bruit

Les forces de l'ordre ont été prévenues à 2h49 par des riverains, inquiets du bruit. Une fois arrivées sur place, le ou les auteurs des dégradations étaient déjà partis. Aucun individu n'a été aperçu, mais les responsables sont activement recherchés par la police. Après les constatations d'usage, une enquête a été ouverte.

En un an, la permanence a été dégradée une dizaine de fois et avait été visé par des tirs le 23 mai 2016, dans un climat tendu de contestation de la Loi Travail. "J'en suis à ma 12e plainte en un an. Il n'y a pas de caméra de surveillance dans les rues. Maintenant ça suffit cette violence", s'est indigné Thibaud Pikorki, permanent fédéral.



Le groupe "Rassemblement de Gauche et de progrès" déplore dans un communiqué des "dégradations et des inscriptions injurieuses inadmissibles". Il relève aussi l'absence du maire de Grenoble Eric Piolle, qui aurait dû se rendre sur place selon eux, "ce qui aurait été la moindre des choses quand un parti démocratique et républicain est ainsi attaqué et visé".

Piolle est contre la vidéo-surveillance

Il demande à être reçu "dans les plus brefs délais", "pour que la mobilisation de l'ensemble des acteurs de la sécurité soit effective". Et demande "qu'une réflexion soit engagée sans plus attendre sur l'installation de la vidéo protection" dans un secteur où les actes de violence avec arme à feu ne sont pas si rares.

En soutien, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est exprimé sur Twitter, ainsi que Rachid Temal, co-organisateurs des primaires.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers parti socialiste politique sécurité société