Hadra Trance Festival: clap de fin à Lans-en-Vercors

Baisser de rideau du Hadra Trance Festival
Baisser de rideau du Hadra Trance Festival

Le rideau tombe sur le Hadra Trance Festival, L'événement a encore une fois remporté un succès fou. Pas moins de 15.000 festivaliers se sont retrouvés pendant quatre jours à Lans-en-Vercors. Ce lundi 25 août, l'heure était au nettoyage du site et aux interrogations quant à l'avenir.

Par France 3 Alpes

C'est LE plus grand festival de musique électronique trance en France, l'Hadra Trance Festival tenait cette année sa dernière édition sur les montagnes de Lans-en-Vercors. Pour la cinquième année consécutive, près de 15.000 personnes ont dansé sur les hauteurs du village, en plein coeur du parc naturel du Vercors. Ce lundi, à l'heure du départ des festivaliers, le grand nettoyage a commencé pour les organisateurs qui ont pris en main l'évacuation des déchets. Le site a été passé au peigne fin. Avant de partir, les plus consciencieux n'ont pas hésité à mettre la main à la pâte, pour aider la nature à reprendre le dessus un peu plus vite.

Reportage Daniel Depin et Dominique Bourget
Clap de fin du Hadra Trance

Les organisateurs se sont engagés à rendre le site aussi propre qu'ils l'ont trouvé. Un état des lieux avait été dressé avant le coup d'envoi. Il est de nouveau effectué après le départ de tous les participants. L'opération de nettoyage se fait en partenariat avec les organismes du plateau spécialisés dans le traitement et le recyclage des ordures.

Pour Benoit Allirot, du comité organisateur de la manifestation, "le Hadra Trance met un point d'honneur à démontrer qu'il est un festival écolo et durable. Les marmottes sont assurées de ne pas manger de plastique après notre départ. Lors de notre ratissage, ce sont même les mégots des vacanciers de la saison d'hiver, qu'il nous arrive le plus souvent de ramasser".

Interview
Interview de Benoit Allirol, organisateur


La Der des Der à Lans-en-Vercors

Le nouveau maire ne souhaite plus accueillir cet événement jugé contraire à l'"esprit familial" de la station. Alors, côté organisation on s'interroge sur l'avenir. C'est déjà la troisième fois que le festival doit partir, après deux éditions à Chorges (Hautes-Alpes), une à Pontcharra et cinq à Lans.

"On a fait les frais d'une campagne de protestation. Beaucoup de gens critiquent sans savoir de quoi ils parlent. Je pense qu'ils vont le regretter", estime Benoit Allirol, directeur de l'association organisatrice, en évoquant les "400.000 euros" de revenus directs et indirects générés par l'événement.

A l'heure de la dernière édition, de nombreux commerçants du bourg regrettent déjà la disparition de cette manne financière. "On vend en cinq jours ce qu'on vend en trois semaines en période creuse", déclare Eric Vincenot du Tabac-Presse du village. "C'est dommage, ça attire du monde, ça fait connaître Lans, ça fait bouger le village".
 
Le Hadra Trance Festival n'est manifestement pas une exception, deux festivals de musiques électroniques ont été annulés cet été dans le Var, et deux autres doivent déménager en 2015, à Lans mais aussi à Montpellier.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus