Cet article date de plus de 7 ans

Hadra Trance Festival, événement musical phare près de Grenoble, lance un appel au don

Après l'annulation de Rocktambule, l'appel de l'association Hadra confirme que les festivals grenoblois ne vont pas bien. La faute au manque de subventions, surtout, qui fragilise les budgets. Il suffit dès lors d'une édition un peu moins rentable pour que l'événement se trouve en danger. 
© Hadra officiel
Aux lendemains de l'édition 2013, l'association Hadra a fait ses comptes, et le bilan est lourd, 150.000 euros de pertes à cause du manque de public et d'un budget augmenté. Les organisateurs ont rapidement rencontré leurs partenaires publics pour tenter une sortie de crise. Mais pour l'heure, peu d'entre eux ont pu promettre un soutien financier suffisamment solide.

L'association lance un appel au don sur son site internet. Une soirée de soutien va également se tenir le 2 novembre à l'Amperage à Grenoble

Le Hadra trance festival, ce n'est rien de moins que le plus important festival du genre en France. Les passionnés de trance viennent du monde entier pour y assister, à Lans-en-Vercors. Leur communauté est très présente en Inde, à Bali, à Israël. Et puis il y a les mordus de techno, qui viennent aussi très nombreux chaque été. Pas moins de 30.000 personnes pour chaque édition, sur les quatre jours. Qu'il pleuve ou qu'il vente ! C'est malheureusement souvent le cas sur le plateau de Vercors à la fin de l'été. Le mauvais temps est l'une des raisons du manque de public cette année... 

Hadra, une réussite musicale mais un mauvais bilan financier 


Une centaine de concerts, live et sets de DJ. Protonica, Broken Toy, Hyper Frequencies, Carbon Based Lifeforms... L'édition 2013 a été une réussite coté programmation avec de nombreuses tête d'affiche, 25 pays représentés, et le concours des saisons culturelles France-Afrique du Sud.

Coté organisation, aucun d'incident, et une bonne coordination entre les autorités et les services de sécurité. Cette année, Hadra avait alloué 150.000 euros supplémentaires à l'accueil et à la sécurité du public.

150.000 euros, c'est malheureusement le montant exact des pertes enregistrées avec la baisse de fréquentation. Au total, 25.000 personnes se sont déchaînées sur les deux dancefloors pendant ces quatre jours. 5.000 de moins que le chiffre attendu.

A cela, plusieurs raisons avancées par l'association Hadra... La mauvaise météo du samedi qui a découragé beaucoup de ceux qui s'apprêtaient à monter sur le plateau du Vercors. Personne n'avait oublié le froid terrible de l'année précédente. Et puis l'interdiction d'entrée aux mineurs, exceptés ceux accompagnés de leurs parents (10% de la fréquentation).

Un coup dur pour l'association qui finance à 97% son budget d'un million d'euros.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture économie