Cet article date de plus de 5 ans

Haute-Loire: une ascension pour soutenir l'accueil de réfugiés en Auvergne

Plus de 1 500 personnes ont défilé au sommet du mont Mézenc (Haute-Loire) pour soutenir l'accueil de réfugiés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. L'opération est une réponse au président de région Laurent Wauquiez, qui souhaite mener une fronde contre cet accueil imposé par Beauvau.


Ils ont bravé le vent, la pluie et le brouillard. Entre 1 500 et 2 000 personnes ont réalisé l'ascension du Mont Mézenc, à la limite de la Haute-Loire et de l'Ardèche. Ces randonneurs partagent une conviction: la région Auvergne-Rhône-Alpes est capable d'accueillir les réfugiés. Ils s'accordent avec le ministère de l'Intérieur, qui a pris la décision de répartir, par régions, les migrants de la Jungle de Calais qui est actuellement en cours de démantèlement.

durée de la vidéo: 01 min 54
Marche de soutien aux réfugiés au Mont Mézenc ©France 3 Auvergne


Cette décision de Beauvau, le président de la nouvelle région Laurent Wauquiez y est fermement opposé. « Le gouvernement n’est pas en train de démanteler Calais, a-t-il déclaré au micro de RTL le 14 septembre 2016. On ne résout pas Calais, on va multiplier des Calais partout en France ». Des propos réitérés devant les caméras de France 3 Rhône-Alpes, auxquels il ajoute qu'il apportera une aide aux maires frondeurs de sa région qui ne désirent pas accueillir de réfugiés sur leur commune.


La région proposera une aide juridique aux maires

S'approprier le mont Mézenc

Pour les militants pro-accueil, le lieu de la manifestation était tout trouvé. S'approprier le mont Mézenc est un pied de nez en direction du président par intérim des Républicains. Car Laurent Wauquiez a pour habitude, depuis ces dernières années, de débuter sa rentrée politique par une ascension symbolique du relief, en compagnie de ses partisans.

La marche était organisée à l'initiative des collectifs Nuit debout de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui envisageaient réunir 500 personnes. Finalement, trois fois plus de militants se sont retrouvés en altitude. Parmi eux, familles, personnes âgées, religieuses et militants politiques.

Partis à 11h des Estables, les manifestants ont déployé une banderole à leur arrivée au sommet. Ils souhaitent rétablir l'honneur de la région, dans une zone, le plateau Vivaret-Lignon, qui fut une terre de salut pour de nombreux réfugiés juifs et non-juifs persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour cet acte de solidarité, les habitants des communes voisines, comme Ie Chambon-sur-Lignon, avaient reçu le titre de « Justes parmi les nations ».

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique réfugiés société