• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Haute-Loire : un cursus universitaire pour apprendre à reconnaitre les champignons

© France 3 Auvergne
© France 3 Auvergne

À La Chapelle-Geneste en Haute-Loire, des pharmaciens et des membres de sociétés mycologiques préparent actuellement un diplôme universitaire. Objectif :  reconnaître un maximum d'espèces pour guider le public ou pratiquer des inventaires.

Par Alice Robinet

Deux ans, c'est le temps qu'il faudra à ces élèves pour acquérir leur diplôme universitaire de mycologie, l'étude des champignons. Au total, 9000 espèces de champignons sont rescensées en France, dont une trentaines sont toxiques.

Jusqu'à une heure pour déterminer l'espèce


Une fois les paniers remplis, il faut apprendre à distinguer des espèces proches, guidés par une enseignante de l'université de Lyon. L'aspect, l'odeur, la couleur, ne suffisent parfois pas : il faut utiliser le microscope, et la détermination d'une espèce peut prendre jusqu'à une heure.

Vidéo : à La Chapelle-Geneste en Haute-Loire, des pharmaciens et des membres de sociétés mycologiques préparent un diplôme universitaire
Rivollier Gérard, Brot-Monnier Elodie, Bonnetot Sebastien.

Intervenants :
Denis Marseilhan, Mycologue de l'Isère
André Bréjuis, Mycologue de l'Isère
Caroline Paliard, Enseignante en mycologie Université Lyon 1

Cueillette des champignons : les recommandations gouvernementales

• ne pas ramasser un champignon si vous avez le moindre doute sur son état ou son identification, certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;

• cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon (pied et chapeau), afin de permettre l’identification ;

• éviter les sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) car les champignons concentrent les polluants. Au moindre doute, jeter le champignon ;

• déposer les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;

• séparer les champignons récoltés, par espèce. Un champignon vénéneux peut contaminer les autres ;

• bien se laver les mains après la récolte ;

• ne pas consommer sa récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés ;

• les conserver dans de bonnes conditions au réfrigérateur et les consommer dans les 2 jours au maximum après la cueillette ;

• les consommer en quantité raisonnable après une cuisson suffisante, ne jamais les consommer crus.

Source : http://www.sante.gouv.fr/champignons.html

Sur le même sujet

Béatrice Van Oost Directrice des centres examens de santé CPAM du Rhône

Les + Lus