Haute-Loire : avant les municipales, pourquoi les maires ont le blues

A Brioude, en Haute-Loire, les maires du département ont tenu samedi 19 octobre l’assemblée générale de leur association. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne
A Brioude, en Haute-Loire, les maires du département ont tenu samedi 19 octobre l’assemblée générale de leur association. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne

A Brioude, en Haute-Loire, les maires du département ont tenu samedi 19 octobre l’assemblée générale de leur association. Ici comme ailleurs, les élus sont parfois fatigués ou découragés.
 

Par C. L avec Gérard Rivollier

A 5 mois des prochaines élections municipales -qui auront lieu les 15 et 22 mars 2020- les maires de Haute-Loire ont tenu samedi 19 octobre à Brioude l'assemblée générale de leur association. L'occasion d'interpeller le préfet sur la suppression de la taxe d'habitation ou la stagnation des concours financiers de l'Etat. En Haute-Loire, on compte 257 maires, et seulement 46 femmes à la tête de leur commune, à peine 20%. Les femmes sont donc très minoritaires même si leur nombre progresse régulièrement. La moitié de ces maires sont des retraités. Les moins de 40 ans ne représentent que 1,5% de l'ensemble. La tranche d'âge la plus représentée est celle des 60/70 ans. Jeanine Brugeyroux, maire d'Aubazat, explique : « Il faut être à la retraite et en bonne santé pour être maire. Celui qui a une activité professionnelle, c’est très dur pour lui. Je comprends la crise des vocations. En plus, on n’est pas considérés. On est à peine respectés ».

Des maires indécis

Le doyen des élus, c’est Charles Tourrette 89 ans, maire de Salzuit, une commune de 400 habitants. Il en est le premier magistrat depuis 1965, plus d'un demi-siècle. Cette année, promis, il arrête ! Charles Tourrette, maire de Salzuit, souligne :  "Ca fait quand même du temps passé, souvent, vous savez, au détriment de la famille. Au début les relations étaient plus amicales avec les gens du cru tandis que maintenant avec les gens qui viennent de l’extérieur, c’est plus difficile".
Selon une enquête nationale faite il y a un an, moins d'un maire sur deux aurait l'intention de se représenter. En Haute-Loire, comme ailleurs en effet, beaucoup de maires attendent encore avant de se décider ou de le faire savoir
 

Sur le même sujet

Chorale de Roanne/ASVEL : 69-73

Les + Lus