Champignons : les conseils d’un cueilleur professionnel de Haute-Loire

Aller à la cueillette aux champignons, ça ne s’improvise pas ! Pour réussir sa balade en forêt, il faut respecter quelques règles. Un cueilleur professionnel de Haute-Loire nous livre ses secrets pour un ramassage réussi et en toute sécurité.

Les feuilles d’automne ont recouvert le sol des forêts. Le soleil laisse plus régulièrement sa place à la pluie, et le froid commence à se faufiler. Les conditions sont idéales pour aller à la cueillette aux champignons dans les forêts de Haute-Loire ! C’est d’ailleurs l’un des terrains de jeu préférés d’Hervé Cochini, mycologue et cueilleur professionnel de champignons. Ce passionné depuis le plus jeune âge nous donne quelques conseils pour réussir (presque) à coup sûr notre cueillette de champignons.

Premier conseil : la bonne journée

Aller aux champignons ce n’est pas si simple et il ne faut pas y aller n’importe quand. « Il faut attendre qu’il y ait eu un épisode de pluie », explique Hervé Cochini. L’idéal, c’est de pouvoir y aller lors d'une journée ensoleillée, 2-3 jours après un épisode pluvieux.
Des conditions parfaites pour favoriser la pousse des champignons.

Deuxième conseil : le bon équipement

« Munissez-vous d’un panier en osier, c’est indispensable, insiste Hervé Cochini. Déjà parce que lorsqu’on les met dans un panier, les spores présentes sur les champignons tombent sur le sol ce qui va permettre une pousse de champignons. On est comme des jardiniers de la forêt. Et surtout, si on les met dans un sac plastique, les champignons massèrent et peuvent devenir toxiques ». Bien entendu, il faut mettre de bonnes chaussures de marche et le couteau à champignons est lui aussi indispensable.

Troisième conseil : la bonne forêt

« C’est en fonction de ce qu’on veut trouver. Telle espèce est liée à tel arbre. Donc il faut bien connaître les arbres. Dans une forêt mixte, on peut trouver plein d’espèces. Par exemple, si on veut trouver des cèpes, on peut en trouver dans des bois mélangés, mais surtout sous les bois de conifères (comme les pins ou les sapins) », continue le mycologue. Attention, certaines essences d’arbres ne sont pas adaptées à la pousse de champignons : il faut éviter les forêts plantées de type douglas. « Il faut de la vie au sol : s’il y a de la mousse, des mûres, des myrtilles, cela indique qu’il y a un cycle biologique qui se crée et qu'il peut y avoir des champignons ».

Et le spécialiste de préciser : « Ce que l'on ramasse, c’est l’organe reproducteur du champignon. Le champignon, c’est le mycélium sous le substrat. Et lorsque les conditions le permettent, ce mycélium fructifie ».

Quatrième conseil : la bonne technique

« Dans les livres, on a tendance à nous dire qu’il faut couper les champignons. C’est une erreur. Si on coupe les champignons, ça risque d’endommager le mycélium. C’est une porte d’entrée pour les bactéries. Le morceau qui reste dans le sol va finir par pourrir ». Il faut donc arracher le champignon délicatement. Le couteau servira uniquement à enlever la terre sur le champignons.

Cinquième conseil : le bon comportement

Il y a certaines règles à respecter que tout bon ramasseur de champignons doit connaître. Il ne faut pas en ramasser plus de 5 litres par personne et par jour selon la loi. « Il faut respecter l’environnement et ne pas tout ramasser, pour en laisser. Il faut prendre soin de nos coins à champignons ! ».

Sixième conseil : le bon réflexe 

C’est un point d’honneur pour Hervé Cochini « Il faut faire très attention à ce que l’on ramasse. Cette année, en France, il y a déjà eu 400 intoxications et 5 décès liés aux champignons ».

Selon le mycologue, pour ramasser en toute sécurité, il faut :

« Lorsque vous avez ramassé des champignons, ne les faites pas tous cuire, gardez-en un au réfrigérateur, explique Hervé Cochini. Dans le cas d’une intoxication avec un champignon, il faut appeler le centre antipoison et leur donner le champignon ». Numéro pour le centre antipoison : 04 72 11 69 11. 

Il faut aussi éviter de ramasser des champignons à proximité des routes : les champignons absorbent les métaux lourds et donc ils peuvent être toxiques.

Avec ces quelques conseils, vous êtes prêts à aller à la cueillette aux champignons surtout que selon notre spécialiste l'année est excellente après un mois de septembre pluvieux. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature forêt cuisine culture gastronomie sorties et loisirs