Cet article date de plus de 4 ans

Langeac (Haute-Loire) : une mère refuse d'être séparée de ses jumeaux ... à jamais

Aude Torrent refuse de confier ses jumeaux à leur père, qu'elle décrit comme alcoolique et psychologiquement violent. Une première décision de justice lui a permis de les garder. Mais en avril, la cour d'appel de Riom a statué sur le retour immédiat des enfants en Irlande.
Le 23 juin 2017, un rassemblement de soutien a été organisé à Langeac (Haute-Loire) pour qu'Aude Torrent garde ses jumeaux.
Le 23 juin 2017, un rassemblement de soutien a été organisé à Langeac (Haute-Loire) pour qu'Aude Torrent garde ses jumeaux. © Aude Torrent
"Leur père doit les récupérer à la mi-juillet" explique Aude Torrent, mère de jumeaux âgés de 2 ans. Puis elle ajoute : "Je vois les jours qui passent et j’ai peur de voir les gendarmes arrivés ici à Langeac (Haute-Loire) et prendre mes enfants".

En avril dernier, Aude Torrent a été condamnée par la justice à ramener ses jumeaux, à leur père, en Irlande. Mais pourquoi cette décision ? Pourquoi le second jugement est différent du premier ? Que s’est-il passé ?

En 2013, Aude Torrent, née à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme épouse un Américain. Deux ans plus tard, à Issoire, elle donne naissance à des jumeaux Guillaume et Gabriel. En 2016, son mari part s’installer en Irlande pour travailler. Aude Torrent fait de nombreux voyages là-bas mais la vie de couple est loin de correspondre à ce dont elle rêvait. Elle choisit de demander le divorce et de porter plainte pour "violences psychologiques". Dans le même temps, son mari, lui, porte plainte pour "déplacement illicite d’enfants". Début janvier, la justice française estime que la résidence principale de la famille est en France et qu'il serait préjudiciable et dangereux pour les enfants de retourner avec leur père. Mais en avril, un nouveau jugement ordonne l’inverse. La cour d'appel de Riom demande le retour immédiat des enfants en Irlande.

"Guillaume et Gabriel ne m'ont jamais quittée un seul jour. Je me suis toujours occupée d'eux. Imaginez le traumatisme en sachant que je dois les rendre à leur père et que je risque la prison si je pose un pied en Irlande" déclare Aude Torrent. Puis elle poursuit en disant : "Je sais que si mes enfants partent, je ne les reverrai jamais. Il va les emmener aux Etats-Unis ou au Mexique, où il a de la famille. Il ne s’est jamais occupé d’eux. C’est un homme qui aime la torture psychologique et qui a un problème avec l’alcool. Il m’a fait du mal et depuis leur naissance, il répète aux jumeaux que je suis une mauvaise mère, que je ne les aime pas, que je ne sais pas cuisiner, pas faire le ménage…". Elle refuse de laisser ses enfants et reste persuader que leur père fait cela uniquement contre elle : "Il demande que je paie les billets d’avion des enfants. Si il se souciait vraiment d’eau, il ne poserait même pas cette question. Il veut juste me faire du mal".

Aude Torrent a lancé une pétition sur internet. Une mobilisation locale se met en place. "Cette décision de justice me paraît surréaliste. On ne tient pas compte de l’intérêt des enfants" explique Maître Jean-Hubert Portejoie, avocat de la mère de famille ». Puis il conclut : "Si les gendarmes prennent de force les enfants, j’ai peur que ce soit un pugilat. Il y a aura des troubles à l’ordre public c’est certain. Elle a un comité de soutien qui grossit de jour en jour et de nombreux politiques la soutiennent également"

Un pourvoi en cassation a été fait mais la décision n’interviendra pas avant la remise des enfants à leur père. La mère déclare : "je ne comprends pas que l’on n’attende pas cette décision…".

Dernier rassemblement de soutien pour Aude Torrent et les jumeaux.
Dernier rassemblement de soutien pour Aude Torrent et les jumeaux. © Aude Torrent

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers