Mois de l’économie sociale et solidaire : AVI 43 (Yssingeaux) distinguée

Publié le Mis à jour le

Pour la 3ème année, le Comité d’Expansion Economique de Haute-Loire décerne ses trophées « des chemins de l’innovation sociale » dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire.
Parmi les primés, le chantier d’insertion Avi 43 à Yssingeaux.

L’économie sociale et solidaire représente 17% de l’emploi en Haute-Loire, soit 11 420 emplois, selon les chiffres du Comité d’Expansion Economique qui a mis en place un « dispositif d’accompagnement local » pour soutenir ce secteur.
C’est dans ce domaine que s’inscrit l’association « AVI 43 », Atelier Vêtement Insertion, créée à Yssingeaux il y a 17 ans.


Un tremplin, un sas


« Avi 43 » est à la fois un atelier de couture et un magasin.
Ce chantier d’insertion emploie actuellement 12 personnes pour une durée moyenne de 15 mois, essentiellement des femmes.
Chaque jour, l’association collecte des textiles dans des bacs de recyclage à disposition du public dans toute la partie Est de la Haute-Loire, « deux tonnes collectées par jour », précise le directeur, Emmanuel Roux.
Une fois au dépôt, à Yssingeaux, ces vêtements sont triés, lavés, repassés pour être recyclés ou revendus directement dans le magasin « Bouge ta fripe » géré par les salariés de l’association.
Ce magasin accueille près de 5000 clients dans l’année et les ventes permettent d’équilibrer le fonctionnement du chantier, soutenu par ailleurs par l’Etat et le Département.
« Nous sommes dans l’économie mais nous ne sommes pas une entreprise classique, explique Emmanuel Roux. Nous fonctionnons comme un tremplin, un sas, pour permettre à nos salariés de rebondir. Nous sommes à l’écoute de leurs situations pour leur permettre d’avancer ».

L’association accueille des personnes confrontées à des problèmes d’emploi, mais aussi des problèmes sociaux et de santé, chômeurs de longue durée, bénéficiaires du RSA, travailleurs handicapés.
Sa priorité : les accompagner individuellement, leur redonner confiance en eux, le sens du travail en groupe par exemple, les aider à résoudre leurs difficultés avant de pouvoir les orienter vers un début de solution, une formation ou un emploi.


« On apprend des choses nouvelles »


Pélagie est au magasin ce matin.
Elle travaille ici depuis bientôt un an, suite à une rupture.
« Moi je n’avais jamais fait de couture, ni de vente, ici on apprend des choses qu’on ne connaissait pas ».
Grâce au soutien de l’association d’insertion, elle est en train de passer son permis de conduire et dit vouloir travailler dans la récupération par la suite.
Shérif aussi a un emploi polyvalent.
Il conduit le véhicule de collecte et donne un coup de main à l’atelier de recyclage ou au magasin.
« J’étais dans une situation très précaire, je me suis retrouvé ici par chance.
J’étais vraiment à l’écart, aujourd’hui je me sens prêt à rebondir, je vais passer un permis de cariste et un permis poids-lourd »
.

Depuis sa création, il y a 17 ans, « Avi 43 » a accueilli près de 150 bénéficiaires.
Certains ont trouvé une formation qualifiante, voire un emploi, d’autres sont toujours en situation de précarité sociale, reconnait Emmanuel Roux, le directeur.
L’association s’appuie aussi sur le tissu industriel local pour proposer des débouchés.
« L’an passé, nous avons organisé des visites dans les entreprises de plasturgie du bassin de Sainte-Sigolène, un secteur, on le sait qui peine à trouver de la main d’œuvre ».
En Auvergne,  près de 70 structures similaires travaillent dans l’insertion par l’économie dans des secteurs d’activité variés, cela représente près de 2000 emplois chaque année.

 





durée de la vidéo: 01 min 54
AVI 43, un chantier d'insertion primé dans le cadre du mois de l'Economie Sociale et Solidaire ©France 3 Auvergne

 

Outre « Avi 43 », des trophées de l’innovation sociale ont été remis aux « Ateliers de la Bruyère », un autre chantier d’insertion, qui vise à développer la filière de la laine à Saugues ; au Tir Sportif Beaulieu Emblavez qui accueille de nombreuses équipes nationales de tir et de biathlon ; à l’association Cultures Urbaines et Sports Alternatifs du Velay qui organisera un  festival sur ce thème du 16 au 22 avril 2016 ; à la Maison Pour Tous de Chadrac pour son projet « la scène et moi » de soutien au spectacle vivant et à l’association « Jeunes Pousses » pour l’ouverture d’un café éphémère destiné notamment aux jeunes parents et à leurs enfants. Emmaüs et « Au fil de l’eau » (autre chantier d’insertion) ont également été distingués dans ce cadre.