Haute-Loire : les salariés de Géant Casino manifestent contre l'automatisation du dimanche après-midi

A Vals-près-le-Puy (Haute-Loire), les salariés du Géant Casino ont organisé un rassemblement devant l'enseigne. Ils protestent contre l'ouverture de la grande surface les dimanche après-midi, où les caissiers seront remplacés par des bornes automatiques. Les personnels craignent pour leurs emplois.

Les salariés du Géant Casino de Vals-près-le-Puy se sont rassemblés devant le magasin pour protester contre l'automatisation des caisses le dimanche après-midi.
Les salariés du Géant Casino de Vals-près-le-Puy se sont rassemblés devant le magasin pour protester contre l'automatisation des caisses le dimanche après-midi. © E. Monnier / France 3 Auvergne
À Vals-près-le-Puy (Haute-Loire), les salariés ont organisé un rassemblement devant l'entrée du Géant Casino ce dimanche 15 décembre. A 12h30, les huit caisses automatiques et un portique scan express ont pris le relais des caissiers qui travaillent le dimanche matin. Inquiets, les salariés de l'enseigne se sont rassemblés pour dénoncer cette automatisation du commerce, qui sera encardrée par 36 vigiles d’une société privée. "Ce n'est ni plus ni moins qu'une casse programmée de nos caissiers et caissières", dénonce Christophe Romeuf, délégué du personnel de Géant Casino. 

L'automatisation au coeur des inquiétudes

Ce sont les caissiers surtout qui s’inquiètent de cette banalisation du dimanche et surtout de l’automatisation l’après-midi. "Ils commencent par les dimanches après-midi, puis ça va s'étaler les jours de semaine, il y aura besoin de moins en moins de caissières, tout passera en automatique et les emplois seront supprimés", craint Olivia Begon, caissière depuis 23 ans. La grande surface compte 160 salariés en tout dont 40 caissiers. 

Les élus syndicaux sur la touche

L’accès à l’intérieur du magasin est interdit aux représentants syndicaux qui veulent constater avec huissier la bonne mise en place du système automatique. "On veut vérifier qu'il n'y a pas d'infraction c'est à dire que les vigiles ne prennent pas la place de l'animatrice commerciable joignable par téléphone pour aider et conseiller les clients, mais les vigiles ont pour consigne de ne pas nous laisser entrer", explique Mickaël Delorme, élu CGT à Géant Casino.

La direction n’a pas souhaité répondre à une interview mais précise par téléphone que l’enseigne doit faire face au e-commerce et aux changements d’habitude des consommateurs. Les clients présents devant le magasin disent comprendre les inquiétudes du personnel, mais semblent interessés par une ouverture de l'enseigne le dimanche après-midi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social manifestation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter