• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Annecy Cinéma Italien 2018 : dans ses films, Alice Rohrwacher “raconte ses rêves”

© Distribution : Ad Vitam - Réalisation : Alice Rohrwacher - Production : Tempesta/Ad Vitam/Amka Films Productions/Pola Pandora Filmproduktion
© Distribution : Ad Vitam - Réalisation : Alice Rohrwacher - Production : Tempesta/Ad Vitam/Amka Films Productions/Pola Pandora Filmproduktion

Pour sa 36ème édition, Annecy Cinéma Italien, référence en la matière, s'est renouvelé : plus jeune, plus dérangeant, plus créatif aussi... Lauréate du prix Sergio Leone cette année : Alice Rohrwacher, révelée et primée deux fois à Cannes. Nous avons rencontré l'étoile montante du genre. 

Par Cécile Sauzay

S'il fallait ne retenir qu'un nom cette année, ce serait celui d'Alice Rohrwacher. Lauréate du prix Sergio Leone 2018 pour Heureux comme Lazzaro, deux prix à Cannes en trois long-métrages seulement, la réalisatrice, est devenue l'auteur qui monte dans le cinéma italien. Son style, au mitan du merveilleux et du réalisme, intrigue autant qu'il émeut. Découverte. 

"On voulait créer un paysage de conte de fées mais vrai en même temps". Dans Heureux comme Lazzaro, Alice Rohrwacher nous raconte une fable. Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna. La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro. Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise. Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne.
 
Bande-annonce (italienne) d'Heureux Comme Lazzaro, d'Alice Rohrwacher

Tourné avec une caméra super 16, le film est une histoire engagée où la pureté se heurte à la violence, où la spiritualité cohabite étrangement avec la réalité économique. "Dans mes films, je raconte mes rêves", explique l'italienne de 36 ans.  

Rencontrée à Annecy il y a quelques jours, la réalisatrice est aussi naturelle et spontanée avec des lycéens de la région, chroniqueurs cinéma le temps du festival, qu'avec le réalisateur Martin Scorcese, qui l'invitait à New york le week end dernier pour présenter son film. 

Encensée par la critique cette année, on la qualifie parfois de "phénomène", voire de "miracle". Son écriture bouleverse, à commencer par le directeur artistique d'Annecy Cinéma Italien,  Francesco Giai Via : "Ce sont des films qui mélangent le réalisme et le fantastique mais d'une façon très concrète. Je pense que c'est très spécial, analyse-t-il. Pour raconter ce qu'il se passe aujourd'hui dans le monde, cela ne suffit pas de raconter la surface des choses. Cela ne suffit pas de lancer des slogans ou d'expliquer les choses : il faut le faire avec la matière du cinéma". 

Quand elle "attrape le soleil dans l'image",dit-elle, l'auteure nous emmène, sur le modèle d'un Roberto Rossellini, l'un de ses maîtres du septième art. Alice Rohrwacher l'avoue volontiers : "on ne cherche pas la perfection dans le film, mais la vitalité".

Lauréate du prix Sergio Leone de cette année, elle avait déja remporté le Grand Prix du festival de Cannes en 2014 pour Les Merveilles.  Mais son premier passage au prestigieux rendez-vous cinématographique date de 2011, année où elle avait présenté son premier film (à la Quinzaine des réalisateurs) en tant que réalisatrice solo, Corpo Celeste

Heureux comme Lazzaro sort en salles le 7 novembre 2018. 

Le reportage d'Ingrid Pernet-Duparc et Serge Woreth, avec Laetitia Di Bin :
 
Festival du film italien d'Annecy : Alice Rohrwacher "raconte ses rêves" dans ses films
Intervenants : Alice Rohrwacher, réalisatrice d'Heureux Comme Lazzaro Francesco Giai Via, directeur artistique du festival
 







 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus