Restrictions, limitations de vitesse... Comment Annecy s'organise face à l'afflux de trottinettes électriques

Une seconde flotte de trottinettes électriques est arrivée à Annecy. / © Philippe LOPEZ / AFP
Une seconde flotte de trottinettes électriques est arrivée à Annecy. / © Philippe LOPEZ / AFP

Annecy est la seule ville moyenne de France à accueillir des trottinettes électriques en "free-floating". Après Circ, un deuxième opérateur a installé sa flotte dans la capitale de la Haute-Savoie lundi 12 août : Bird. La ville réfléchit à durcir la réglementation.

Par M.D. avec Aurore Dupont

Un smartphone, une application, une carte de crédit et c'est parti pour la balade. Sur les bords du lac d'Annecy, les trottinettes électrique en libre-service font un tabac parmi les touristes. Même en vacances, il s'agit d'optimiser son temps : "On a pu visiter tout ce qu'on voulait rapidement grâce aux trottinettes parce-qu'on n'est là que quatre jours", explique Brandon, en vacances en Haute-Savoie.

En moyenne, les utilisateurs parcourent 3 kilomètres sur une trottinette électrique à Annecy. Depuis début juin, les engins totalisent 80.000 kilomètres au compteur et ont permis le déplacement de 20.000 clients. La mairie garde un oeil sur l'utilisation de ce nouveau mode de transport : "On étudie les trajets qui sont faits en trottinette, les lieux de prise et de restitution, explique Gilles Bernard, maire-adjoint d'Annecy délégué à la voirie, mobilité et stationnement. Et on cherche aussi à savoir quand les gens veulent localiser une trottinette alors qu'il n'y en a pas à proximité pour définir les lieux où il serait souhaitable de les positionner."

 

L'exception française


Annecy reste la seule ville moyenne à accueillir ces trottinettes électriques, la fréquentation touristique faisant grimper le nombre d'utilisateurs. Depuis l'installation du second opérateur, on 200 engins dans les rues. Circ (ex-Flash) était le pionnier dans la capitale de la Haute-Savoie, rejoint par son concurrent Bird qui s'est lancé lundi 12 août.
 

Pour la municipalité, l'enjeu est de faire respecter les règles : interdiction de circuler sur les trottoirs et pas plus de 6 km/h en zone piétonne. Un arrêté municipal encadrant l'utilisation de ce nouveau moyen de transport avait déjà été pris mi-juin. Pour combler le vide juridique actuel, un décret ministériel doit donner un statut et des règles à ces nouveaux modes de transport urbain d'ici la rentrée 2019. Les trottoirs seront interdits sous peine d'amende, les écouteurs bannis, les freins et les feux seront obligatoires.

"Il y a certaines zones, par exemple dans la vieille-ville d'Annecy, où tout est bridé, détaille Francesco Ferrari, responsable du CIRC Rhône-Alpes. Au Pâquier, c'est restreint : il y a des zones où on limite la vitesse et où on interdit totalement le stationnement." Pour le moment, seul un accident est survenu sur Le Pâquier et quelques trottinettes ont été retrouvées dans le lac. La mairie fera le bilan d'ici le mois de novembre pour savoir si elle durcit le ton sur la réglementation.
 
Comment Annecy s'organise face à l'afflux de trottinettes électriques

 

Sur le même sujet

Les + Lus