• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Football : malgré sa défaite en finale, Evian-Thonon-Gaillard sort grandi de la Coupe de France

Avec cette grande finale au Stade de France, l'ETG FC a su conquérir et mobiliser un public plus large. C'est sans doute là l'une des plus belles victoires du club. / © France 3 Alpes
Avec cette grande finale au Stade de France, l'ETG FC a su conquérir et mobiliser un public plus large. C'est sans doute là l'une des plus belles victoires du club. / © France 3 Alpes

Jusqu'à la toute dernière minute de la finale, ils ont entretenu le suspens. En s'inclinant avec les honneurs, l'ETG FC s'est assuré le soutien d'un public plus large. Et pourrait bien changer d'envergure en acquérant une plus grande visibilité dans le monde du football français. 

Par Jordan Guéant

On disait cette finale de Coupe de France sans grand intérêt. Nombreux étaient ceux qui prédisaient un spectacle terne et ennuyeux entre une équipe de Bordeaux habituée aux petits scores, aux matchs sans éclat, et des Haut-Savoyards fatigués après avoir lutté toute la saison durant pour sauver leur peau en ligue 1.

Dans les faits, c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Au point que même les plus grands « spécialistes » du foot ont du admettre qu’ils s’étaient trompés.

La rencontre fut palpitante. Sans cesse relancée par des attaques, des tirs, des occasions. Certes, en première mi-temps, clairement, les Roses ont souvent failli voir rouge. Mais ils ont pu compter sur leur gardien, Bertrand Laquait, absolument magistral, avant de réussir à revenir dans le match.

C’est sûr, le vendredi 31 mai au soir, l’ETG FC a montré beaucoup. Même en dehors du terrain. La Haute-Savoie n’a jamais été une terre de foot. Pourtant, les tribunes du stade de France étaient bien roses. Des drapeaux, des perruques… Et des chants. Beaucoup de chants. Pour porter cette équipe, la pousser à se transcender.

DMCloud:73577
La Belle histoire de l'ETG FC en Coupe de France
Retour sur les plus belles images de cette défaite honorable en finale de la Coupe de France. Sur le terrain, l'ETG FC a perdu. Mais en dehors, le club a sans doute gagné beaucoup.

Plus de 15.000 Haut-Savoyards avaient fait le déplacement jusqu’à Saint-Denis. Ils étaient plus nombreux que les Bordelais. Un soutien sans faille, dans la droite lignée des derniers matchs disputés à domicile. A Annecy, en Coupe de France face au PSG puis Lorient, le Parc des Sports avait fièrement affiché complet. Cette saison, c’était suffisamment rare pour être signalé.

Alors, quelques heures après la fin de l’aventure, une certitude semble déjà se dessiner : oui, le petit club parti de rien ou presque il y a cinq ans, est en train de gagner les cœurs de tout un département. Une jolie réussite.

Désormais, il faut confirmer


Mais à l’heure du bilan, au-delà de la clameur des supporters, on pourrait également affirmer que l’ETG FC a aussi marqué les esprits dans le petit monde du football français. Grâce à ses joueurs, d’abord. Saber Khlifa, véritable révélation cette année avec son désormais fameux lob de 64 mètres (face à Nice, début mai) mais aussi Yannick Sagbo ou encore Brice DjaDjéDjé ont confirmé les espoirs placés en eux.

Aujourd’hui, tous sont courtisés et pourraient quitter les bords du lac Léman pour des destinations plus « prestigieuses ». Assurément, pour ETG, c’est à la fois une fierté – celle d’avoir permis l’éclosion ou la confirmation de nouveaux talents – mais aussi un regret.

Stade : vers la rénovation du Parc des Sports? 


Car après l’euphorie de l’aventure « Coupe de France », après avoir réussi à imposer sa couleur, ce rose si singulier, jusqu’au Stade de France, le club va désormais devoir confirmer. Et s’inscrire dans la durée.

Pour cela, le budget devra être consolidé, l'effectif préservé, et l'’implantation se préciser. Dans les semaines à venir, l’ETG FC prendra possession de son vrai centre d’entraînement, le domaine de Blonay, sur la commune de Marin dans le Chablais. Sans doute la première grande étape de son installation durable dans le paysage Haut-Savoyard.

Comme ces jeunes, 15 000 Haut-Savoyards ont fait le déplacement jusqu'au Stade de France pour le premier grand rendez-vous de l'ETG FC. / © France 3 Alpes
Comme ces jeunes, 15 000 Haut-Savoyards ont fait le déplacement jusqu'au Stade de France pour le premier grand rendez-vous de l'ETG FC. / © France 3 Alpes

La suivante concernera le stade. Le maintien étant acquis et la démonstration que le club peut continuer à progresser étant faite, l’heure est venue de trancher.

Le symbole Pascal Dupraz

La construction d’une nouvelle enceinte semble de moins en moins probable. En période de crise, les collectivités ont d’autres priorités. La solution viendra alors sans doute d’Annecy avec une rénovation en profondeur du Parc des Sports.

En attendant, le club semble vouloir conserver ses cadres, ses repères. Après Casoni, après Correa, Pascal Dupraz semble s’être installé pour de bon sur le banc. L’entraîneur, si l’on en croit le président Trotignon, devrait sans surprise être confirmé.

Au-delà de l’aspect sportif, il s’agit là sans doute d’un symbole. Dupraz, Savoyard et fier de l’être, ne mène pas seulement ses hommes à la victoire. Il entend également conduire tout un département vers les hautes sphères du foot français.

A lire aussi

Sur le même sujet

Christian-Pierre et Adrien La Marca

Les + Lus