Haute-Savoie : deux lynx fauchés sur l'autoroute en l'espace de quelques jours

Publié le
Écrit par M.D.

Deux lynx, une femelle et un mâle, sont morts percutés sur l'autoroute en Haute-Savoie fin février. Les dépouilles ont été prises en charge pour des analyses complémentaires.

Un double accident "rare" dans les Alpes. Deux lynx sont morts percutés sur l'autoroute A40, en Haute-Savoie, en l'espace de cinq jours. Une femelle a été fauchée par un automobiliste à Dingy-en-Vuache le 23 février. Un mâle a ensuite été retrouvé mort à Eloise le 28 février. Il avait été identifié en Suisse une première fois en mars 2020 puis détecté par un piège photo entre le Haute-Savoie et l'Ain en fin d'année dernière.

Les dépouilles des animaux ont été prises en charge par l'Office français de la biodiversité (OFB) pour des analyses complémentaires. Le lynx est une espèce fragile dans les Alpes. "Chaque individu en moins impacte la population", explique Benoît Guyonnaud, chef de service départemental adjoint à l'OFB de Haute-Savoie.

Selon les données de l'Office, 58 % des cas de mortalité du félin en France sont dus à des accidents routiers. Les jeunes sont les plus impactés. "Les lynx sont des animaux qui vivent seuls. Ils se déplacent principalement pour se reproduire", ajoute Benoît Guyonnaud.

Mieux comprendre les déplacements du lynx

Les séries d'accidents sont des "faits rares et difficiles à expliquer" bien que celle-ci ne soit pas de nature à mettre en péril la population du félin. Des aménagements sont déjà en place sur certaines autoroutes tels que les passages à faune pour permettre aux animaux sauvages de se déplacer sans passer sur les voies.

Un plan national d'action sur le lynx vient également d'être adopté. Il prévoit l'intensification du suivi de l'espèce pour mieux comprendre ses déplacements et ainsi identifier les zones "à fort potentiel de collision".

En France, la population de lynx se concentre principalement dans le massif jurassien et, dans une moindre mesure, en Chartreuse. Ailleurs dans les Alpes, la présence du félin reste plus "occasionnelle", selon l'OFB.