• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Incendie à Morzine : un mégot de cigarette serait à l'origine du feu, la piste accidentelle privilégiée

L'enquête sur l'incendie survenu dans le centre-ville de Morzine (Haute-Savoie) s'oriente vers la piste accidentelle. / © Elise Radio - E.F.
L'enquête sur l'incendie survenu dans le centre-ville de Morzine (Haute-Savoie) s'oriente vers la piste accidentelle. / © Elise Radio - E.F.

Une cigarette mal éteinte aurait déclenché l'important incendie qui a ravagé trois restaurants dans le centre-ville de Morzine (Haute-Savoie), mardi 6 août. Les investigations se poursuivent, mais aucun élément ne permet d'envisager un acte criminel.

Par MD

L'enquête sur l'incendie qui s'est déclaré dans le centre-ville de Morzine, en Haute-Savoie, dans la nuit du lundi au mardi 6 août s'oriente vers la piste accidentelle. Les investigations se poursuivent pour déterminer l'origine du feu, mais selon les éléments recueillis "une cigarette mal éteinte serait à l'origine du sinistre", selon le magistrat de permanence du parquet de Thonon-les-Bains qui confirme une information du Dauphiné Libéré.

A ce stade, aucun élément ne permet d'envisager un acte criminel, c'est pourquoi la thèse accidentelle reste la piste privilégiée par les enquêteurs. Un restaurant et deux autres bâtiments ont été détruits en grande partie dans ce violent incendie qui n'a fait aucune victime. Parti du restaurant "Le Colibri", au centre de la station, les flammes se sont propagées à deux bâtiments voisins : les restaurants "L'Étale" et le "Burger place". Le premier établissement a été complètement détruit, les deux autres largement impactés.
 

L'enquête diligentée par le parquet de Thonon-les-Bains est toujours en cours, des résultats d'analyses scientifiques sont notamment attendus pour écarter ou non la piste criminelle. "D'après les vidéos que nous avons visionnées, les témoignages recueillis et les premières analyses, rien ne laisse penser à un incendie volontaire", poursuit le magistrat de permanence, ajoutant qu'aucune trace d'accélérant n'a été relevée sur les lieux.

En l'absence d'éléments probants, l'enquête pourrait être classée sans suite. Si l'incendie est effectivement accidentel, aucune qualification juridique ne permettrait de poursuivre les investigations. "De toutes façons, il serait impossible de déterminer qui a jeté ce mégot", estime le magistrat. Quarante personnes ont été évacuées la nuit de l'incendie, et les pompiers sont restés sur les lieux jusqu'au lendemain matin pour écarter tout risque de propagation.

 

Sur le même sujet

Ardèche : l'oignon de Tournon-sur-Rhône, un produit confidentiel

Les + Lus