Mort de Nahel : des violences urbaines et des arrestations en Suisse inspirées par les émeutes en France

Publié le

La ville de Lausanne en Suisse a également été en proie aux violences urbaines qui ont éclaté en France depuis la mort du jeune Nahel, tué par un policier à Nanterre le mardi 27 juin. Dans la soirée de samedi à dimanche, "plus d'une centaine de jeunes" ont dégradé des commerces dans le centre-ville.

Les violences urbaines après la mort du jeune Nahel ne sont pas arrêtées aux frontières de la France ce week-end. En Suisse, six adolescents et un adulte ont été arrêtés à la suite de dégradations de magasins dans la ville de Lausanne, a annoncé dimanche la police locale.

Inspirées par les émeutes en France, ces actions concernent des jets de pierres et des vitrines brisées, a précisé la police. "Faisant écho aux événements et émeutes qui font rage en France, plus d'une centaine de jeunes se sont rassemblés au centre-ville de Lausanne et ont causé des déprédations sur les commerces. Sept personnes ont été interpellées", a indiqué la police de Lausanne dans un communiqué.

Violences à Annemasse

Ces dégradations font "suite à plusieurs appels diffusés sur les réseaux sociaux", selon la même source. "À de nombreuses reprises, les policières et policiers ont dû disperser les jeunes, cagoulés, agressifs, auteurs de jets de pavés et d'un cocktail Molotov à leur encontre", mais aucun n'a été blessé, souligne la police.

Des violences urbaines avaient déjà été constatées aux portes de Genève, notamment dans la commune d'Annemasse, en Haute-Savoie, dans la nuit du vendredi au samedi. De nombreux véhicules avaient été incendiés, des bâtiments publics dégradés dont une école et la maison Nelson-Mandela, tiers-lieu pour les habitants du quartier du Perrier.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité