Traversée en solitaire du désert d'Atacama: l'aventurier de Saint-Gervais Charles Hedrich tout proche du but

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes avec l'AFP

Parti le 7 avril, le Français Charles Hedrich était mercredi à 200 km du but de son défi, la traversée intégrale du désert chilien d'Atacama, le plus aride du monde, à pied et en autonomie complète.

Déjà 1.200 km de parcourus donc, depuis Arica, à l'extrême nord du Chili, en tractant un chariot de quelque 150 kg. Et seulement cinq à six jours de marche avant l'arrivée prévue à Copiapo, à 800 km au nord de Santiago au Chili.

Victime d'une entorse à la cheville gauche lors de son premier mois de marche, l'aventurier lyonnais a repris son rythme de croisière. Dimanche, il a même signé sa plus belle progression en 24 heures, avec 61 kms avalés.

Davantage que la distance, la difficulté de cette aventure réside dans l'autonomie complète, sans ravitaillement extérieur si ce n'est les très rares points d'eau naturels. D'où ces litres d'eau à transporter, avec en prime un système permettant de recycler l'urine.

Parti de la partie la plus aride du désert d'Atacama, le marcheur est désormais arrivé dans la zone touchée par les inondations en mars. "Il y a des éboulements, des zones de terrain complètement retournées, et certaines parties sont impraticables à pied, ce qui m'oblige à des contournements", confiait-il mardi, joint par son entourage sur téléphone satellite.

Images de l'expédition
durée de la vidéo: 01 min 33
Extrait vidéo de la traversée en solitaire du désert d'Atacama

Dans le sud du désert d’Atacama, les températures sont plus clémentes. "Á 12h ou 14h, c’est presque supportable, ce qui n’était pas du tout le cas au départ". Même plus besoin de frontale pour progresser la nuit, la pleine lune se charge d’éclairer le terrain.

La fin de l’expédition approche pour Charles Hedrich, encore 5 à 6 jours pour atteindre Copiapo et valider cette première mondiale.

Les intempéries qui ont touché l'Atacama ont fait 17 morts et 20 disparus selon le dernier bilan officiel, avec quelque 26.000 sinistrés.

Rameur aguerri, auteur en 2012 du premier aller aller-retour en solo sur l'Atlantique, exploit réalisé en 141 jours, Charles Hedrich est depuis une dizaine d'années un "aventurier professionnel". Sa carrière de globe-trotter sportif l'a ainsi conduit d'un Paris-Dakar en 2003 au sommet de l'Everest, en 2006, puis sur la ligne d'arrivée du triathlon ironman de Nice et de l'ultra trail du Mont-Blanc en 2011.

Après sa traversée de l'Atacama, il devrait reprendre en juin sa tentative de liaison à la rame en solitaire entre Pacifique et Atlantique via le mythique passage du Nord-Ouest. Ce défi, lancé à l'été 2013, a été interrompu deux fois par le retour des glaces.

Contraint d'hiverner une première fois à Tuktoyaktuk, dans le grand nord canadien, en septembre 2013, après avoir parcouru 3.000 km depuis le détroit de Béring, il avait une nouvelle fois été obligé à l'arrêt en septembre 2014, à Taloyoak, dans le Nunavut canadien. Sur les quelque 6.000 km entre détroit de Béring et détroit de Davis, dans l'Atlantique, il ne lui en reste plus que 1.000 environ, quand le dégel le permettra