Cet article date de plus de 7 ans

Tuerie de Chevaline: aucune charge contre le suspect dans le quadruple meurtre

La garde à vue de l'ex-policier municipal a été levée, ce vendredi 21 février au matin, dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline, sans qu'aucune charge soit retenue à son encontre. Il va malgré tout être encore entendu pour trafic d'armes.
La garde à vue de cet homme "sera reprise (...) dans le cadre d'un commerce illicite d'armes de guerre et de munitions révélé lors des perquisitions réalisées par les enquêteurs, activité illicite commise de surcroît en bande organisée", a précisé le procureur d'Annecy, Éric Maillaud, dans un communiqué.

L'ancien policier municipal de Menthon-Saint-Bernard, collectionneur d'armes de la Seconde guerre mondiale, "devrait être déféré au parquet à l'issue de sa garde à vue et une information judiciaire sera ouverte afin de poursuivre l'enquête sur ces faits de trafic d'armes", a ajouté le procureur.

La garde à vue du suspect ne peut être prolongée au-delà de 96 heures, soit jusqu'à samedi à 10 heures. 

L'enquête se poursuit


Concernant l'enquête sur la tuerie, les auditions et les perquisitions menées "n'ont pas permis d'établir de lien direct entre le drame du 5 septembre 2012 et cet homme, amateur d'armes de guerre, présentant une forte ressemblance avec le portrait-robot" d'un motard "qui se trouvait dans un secteur géographique proche du lieu des faits lors de leur commission", rappelle le procureur.

"L'arme du crime n'a pas été retrouvée, ni le casque figurant sur le portrait-robot, ni la moto décrite par plusieurs témoins et recherchée par les enquêteurs. L'enquête se poursuit donc activement", ajoute-t-il.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tuerie de chevaline criminalité justice faits divers