• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Les salariés font part de leur indignation au Président de la République

Par Béatrice Nguyen

video title

JTS Yssingeaux (43) : Les suites pour les Lejaby

Depuis le 19 janvier, les employés de l'usine Lejaby à Yssingeaux savent qu'ils seront licenciés. Le repreneur a décidé de ne pas reprendre la dernière unité de fabrication en France. La mobilisation se poursuit malgré tout, chaque matin, les couturières se réunissent .

Depuis le 19 janvier, les employés de l'usine Lejaby à Yssingeaux savent qu'ils seront licenciés. Le repreneur a décidé de ne pas reprendre la dernière unité de fabrication  en France. La mobilisation se poursuit malgré tout, chaque matin, les couturières se réunissent sur le site.

Dans une lettre ouverte au président de la république, les 93 salariés d'Yssingeaux expriment leur indignation et réclament l'intervention des élus pour que l'atelier ne soit pas laissé à l'abandon.

Les employés veulent rester mobilisés en revenant chaque jour sur le site et espèrent que la médiatisation de leur lutte permettra de maintenir leur atelier en vie.

Voir le reportage de Christian Lamorelle et Pierre-Olivier Belle.

Voici le texte de la lettre ouverte adressée par les salariés de Lejaby au Président de la République, Nicolas Sarkozy et au gouvernement :

Monsieur le Président,

Nous avons décidé, nous les 93 salariés de l'entreprise LEJABY à Yssingeaux en Haute-Loire denous adresser à vous pour vous faire part de notre indignation.

Nous allons recevoir toutes et tous, nos lettres de licenciement après des dizaines d'années de travail au rendement pour des salaires voisins du SMIC. Nous sommes victimes des délocalisations des productions et de la recherche permanente de la baisse de la rémunération du travail.

Pour nous, le licenciement signifie, non seulement, la précarisation et l'angoisse mais aussi la marche inexorable vers les minima sociaux. Et nous avons bien conscience que nous ne sommes pas les seuls. Notre situation est semblable à des centaines de milliers de nos compatriotes.

Nous ne l'acceptons pas pour nous, nos familles et notre territoire.

Nous refusons cette perspective qui conduit à toujours plus de chômage et toujours moins de salaire!

Nous refusons les licenciements et voulons continuer à gagner notre vie en travaillant. Pour cela, nous demandons le redémarrage de notre atelier et la ré-industrialisation du site.

Beaucoup d'entre-nous ont plus de 35 ans d'ancienneté. Nous préférons être préretraités plutôt que chômeurs ou percevoir le RSA. Nous demandons donc la mise en place d'une préretraite à 55 ans, surtout à un moment où notre jeunesse est sans emploi.

Après une vie de travail, le chômage c'est la précarité. Au lieu de primes de licenciement dérisoires, nous voulons une prime de licenciement à la hauteur de la prime précarité, soit 10 % de nos salaires travaillés.

Unis et solidaires, nous attendons des réponses concrètes, pas des promesses, ni des discours.

Nous resterons mobilisés jusqu'à la réponse à ces exigences. Notre détermination est à la hauteur de notre colère contre l'injustice qui nous est faite. Et c'est un devoir de s'opposer à l'injustice.

En espérant être entendus, recevez nos salutations respectueuses.

Assemblée générale du personnel LEJABY Yssingeaux, le 23 janvier 2012.

Sur le même sujet

Hockey France Lettonie

Les + Lus