• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

200 000 euros par joueur pour un chant anti-ASSE

© France 3 Rhône-Alpes
© France 3 Rhône-Alpes

Xavier Kemlin demande une forte somme aux joueurs-chanteurs de l'OL dans le cadre d'un dépôt de plainte.

Par Sarah Rebouh

Dans une interview accordée au Progrès, celui qui avait dénoncé l'attitude des joueurs lyonnais sur le balcon de la mairie de Lyon après leur victoire en coupe de France, demande des comptes. Il veut que les joueurs ayant chanté, fassent don de 200 000 euros chacun au patronage Saint-Joseph de Saint-Étienne, organisme socio-culturel.

"Quand on gagne 3,6 millions d'euros par an... Ils verront vraiment ce qu'est la misère stéphanoise..." déclare le riche homme d'affaire installé en Suisse. Lui qui avait fait une grêve "de la faim de riche" et qui se targue de toujours défendre "la veuve et l'orphelin" se veut le défenseur des causes nobles.

Selon lui, le football et le monde financier qui l'entoure ne tourne plus rond. "Je veux moraliser le football" explique-t-il. Se défendant de s'en prendre directement à l'Olympique Lyonnais, il assure qu'il en aurait fait de même si l'inverse s'était produit.

"Mettre la pagaille partout"

Rappelons au passage que les Lyonnais avaient entonnés une chanson insultante à l'égard des Stéphanois. ".... Emmenez-moi au pays des bâtards. Il me semble que la misère serait d'être supporter des verts" avaient-ils repris en coeur. Mr. Kemlin, arrière-petit-fils de Geoffroy-Guichard, se dit pret à aller plus loin, comme il l'indique dans les colonnes du Progrès : "je suis capable de mettre la pagaille un peu partout, jusqu'au Crédit Agricole, sponsor de l'OL, en m'invitant à une assemblée générale pour expliquer aux clients ce qui est dépensé pour le club lyonnais et ses joueurs."

Une coquette somme

La dernière fois qu'un joueur de football a insulté ouvertement des supporters adverses, c'était lors de la finale de la Coupe de la Ligue en 2011. Taye Taiwo, défenseur marseillais, s'était mis à chanter un refrain insultant au micro, devant 80 000 personnes. La chanson concernait alors le grand rival du PSG. Il avait écopé de 20 000 euros d'amende et d'un match de suspension.

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : Près de 4000 visiteurs se sont rendus à la fête de la myrtille

Les + Lus