• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Ain: Nouvelle manifestation contre le CFAL

© France3 RA
© France3 RA

Le contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise fait grincer les dents des élus et de certains usagers de TER

Par Isabelle Gonzalez

Le Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise fait partie des grands projets ferroviaires nationaux. Concrètement, il s’agit de réaliser 70 kilomètres de lignes nouvelles pour relier la ligne Lyon / Ambérieu-en-Bugey à la Vallée du Rhône. Un projet qui a ses détracteurs.

Ce projet stratégique à l’échelle régionale, nationale et européenne, est prévu pour la circulation des trains de voyageurs et de marchandises. Il améliore le maillage du réseau ferroviaire tout en libérant de la capacité au cœur du nœud ferroviaire lyonnais et favorise la dynamique économique de Rhône-Alpes.

Le collectif  Fracture est opposé aux tracés en cours d’études par RFF pour la branche sud du CFAL. Depuis Grenay, à l’Est de Lyon, les trajets étudiés se situent assez près de l’agglomération lyonnaise, et arrivent dans la vallée du Rhône, au nord de Vienne, près de Givors. Ces tracés permettent de rejoindre la ligne ferroviaire de la rive droite, la plate forme de Sibelin, et de relier Saint Etienne et le massif Central.
 Pour les opposants, les tracés traversent des secteurs trop urbanisés, qui le seront encore davantage  à l’avenir. «  Le développement de l’agglomération lyonnaise va se faire vers le sud est rappelle » rappelle Philippe Chapand, porte parole de l'association. Les tracés actuels impactent des zones résidentielles, des collèges, et traversent des zones Seveso. explique Philippe Chapand.
Jean-Louis Puchol, président de FRACTURE dénonce « le projet estimé est à 1.4 Md d’€ mais on sait d’ores et déjà qu’il conviendra d’ajouter les dépenses liées à la protection de la nappe phréatique de l’Est lyonnais et de la plateforme ferroviaire de Sibelin, des ouvrages d’art liés au franchissement du Rhône, à la protection phonique des populations impactées en plaine d’Heyrieux et en vallée du Rhône, aux protections des pipelines. Les pratiques de RFF consistant à minimiser les budgets pour ensuite faire grossir la facture pendant les travaux sont d’un autre siècle et sont insupportables en ces périodes de restrictions budgétaires et de maîtrise de la dépense publique".

Samedi 12 novembre, des élus opposés au tracé A du Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (Cfal) ont mis le feu à des dossiers officiels. « J’ai mal pour notre démocratie », a confié Bernard Simplex, le maire de Dagneux, résumant l’état d’esprit des sénateurs, députés et maires réunis. Cet acte symbolique s’est déroulé devant 350 manifestants, rassemblés sur le parvis de la gare. Il visait à marquer les esprits, à remobiliser les citoyens et à réaffirmer le ras-le-bol général face au « mépris » de l’État et de Réseau ferré de France (RFF) dans ce dossier depuis 2005.

>>> Ci-contre le reportage de Béatrice Tardy et de Mathieu Boudet

Sur le même sujet

REPLAY. Dimanche en Politique transfrontalier : Si les Alpes m’étaient contées !

Les + Lus