Alpes : le ski mais le bien-être aussi

Dans les stations, le ski intensif a fait place au bien-être.

Par France 3 Alpes avec AFP

Finies les six heures de ski par jour prônées dans les années 70. Balades en traîneau, découverte de la faune en raquettes ou encore soins en spa, aujourd'hui les stations rivalisent d'idées pour divertir les vacanciers avides de bien-être et d'authenticité.

"L'état d'esprit des vacanciers a changé en 30 ans: on est passé de la logique d'effort à celle de plaisir. Si on est venu passer des vacances sportives dans les stations, aujourd'hui on y vient pour trouver une ambiance", résume Laurent Reynaud, délégué général de Domaines skiables de France, organisme regroupant les opérateurs de remontées mécaniques.


Des 6 heures de ski par jour il y a une vingtaine d'années, la pratique est dorénavant plus proche des 4 heures en moyenne, selon M. Reynaud. Un changement de comportement auquel les stations ont dû s'adapter en proposant une multitude d'activités afin de répondre à des "envies souvent disparates au sein d'une même famille", remarque Isabelle Pochat-Cottilloux, directrice de l'office de tourisme du Grand-Bornand, station familiale de Haute-Savoie.


Une salle des fêtes pour les spectacles culturels, une patinoire animée par un DJ qui fait "un carton plein" auprès des ados, une cascade de glace pour les plus sportifs: la station du Grand-Bornand, à l'image de bon nombre de stations, se veut un lieu "festif et de ressourcement".


"Les vacanciers ne veulent pas que le ski soit synonyme de galère et sont en recherche d'authenticité", poursuit la responsable du tourisme qui a constaté l'ouverture récemment de deux spas.


"Il existe une vraie demande. Les résidences avec un spa, une piscine ont un taux de remplissage plus élevé que les autres, même si c'est plus cher", constate M. Reynaud.
 Bain japonais, hammam, sauna: l'hôtel 5 étoiles Résidence et Spa ouvert il y a un an à Vallorcine, près de Chamonix, capitale européenne de l'alpinisme,  accueille une clientèle qui pour la moitié ne skie pas.


"Le spa est un créneau très porteur. On vient ici pour recharger les batteries, pour l'ambiance calme et authentique", explique Clotilde Hezez, chargée de la promotion de l'établissement.


"Les vacanciers qui viennent en montagne ont envie d'un retour à la nature", analyse de son côté Laure Di Giuliomaria, employée à l'office de tourisme de Serre-Chevalier (Hautes-Alpes). "Ils préfèrent skier 3 heures par jour et occuper le reste de leur journée par des balades en raquettes, des randonnées en traîneaux", commente la jeune femme.


Avec ses deux chevaux, Pascal Berguerand propose depuis quatre ans des initiations au ski joëring, une activité d'origine scandinave qui consiste à se faire tracter en ski par un attelage.


"Les personnes qui viennent sont des passionnés de chevaux, mais aussi des adeptes de nouvelles sensations", constate M. Berguerand dont les chevaux au galop peuvent atteindre les 50km/h. "Pas besoin d'avoir un bon niveau de ski, il suffit de savoir se laisser glisser", ajoute le dirigeant.

Sur le même sujet

Les + Lus