Beaujolais - Bourgogne... Bisbilles de voisins

Les vignerons du Beaujolais se battent pour garder leur place en Bourgogne.

Par Régions

video title

Beaujolais, Le vin de Bourgogne s'en passerait

Menacés par une offensive de leurs voisins bourguignons, les vignerons du Beaujolais s'organisent pour conserver le droit de produire sous l'étiquette bourgogne, une réponse à la crise de leur propre vignoble.

Menacés par une offensive de leurs voisins bourguignons, les vignerons du Beaujolais s'organisent pour conserver le droit de produire sous l'étiquette bourgogne, une réponse à la crise de leur propre vignoble.

Depuis un décret de 1937, les vignerons du Beaujolais peuvent revendiquer les appellations régionales bourguignonnes, correspondant à l'aire géographique la plus large, pour peu qu'ils respectent les cépages requis - pinot noir (rouge), aligoté et chardonnay (blanc). "La question ne s'est quasiment pas posée jusqu'aux années 1980", puisque le succès du Beaujolais nouveau dopait les ventes de ce petit vignoble entre Rhône et Saône-et-Loire, rappelle Guillaume Willette, directeur du Syndicat des bourgognes. Mais lorsque la médiocre réputation du primeur a commencé à pénaliser le reste de la production, certains vignerons se sont mis à "replier" une partie de leur récolte en bourgogne rouge, blanc, aligoté, passe-tout-grains, bourgogne grand ordinaire ou crémant de Bourgogne. Le mouvement s'est accéléré ces dernières années avec le succès de ce vin effervescent, qui a coïncidé avec la plantation de "400 hectares de chardonnay en quelques années dans le Beaujolais, alors que la Bourgogne n'en compte que 800 hectares de son côté !", souligne M. Willette.

Pour le représentant bourguignon, cette ruée vers l'or blanc "pose un problème économique majeur" puisque "les courtiers se fournissent en priorité dans le Beaujolais, à bas coût, avant d'aller voir en Bourgogne". D'où l'offensive engagée à l'été 2009 par les producteurs bourguignons, dans un courrier déplorant le rapprochement entre les deux vignobles. En février 2010, ils avaient obtenu que l'Institut national des appellations d'origine (Inao) engage une délimitation géographique des appellations bourguignonnes, dont la phase de consultation a pris fin dimanche, a abouti à l'exclusion du Beaujolais des appellations "bourgogne-aligoté" et "bourgogne rouge" à partir de pinot noir. De plus, seules 34 communes, contre 85 auparavant, sont désormais autorisées à produire du blanc dans le Rhône. Le Syndicat des bourgognes espère voir l'Inao entériner "dès septembre" la nouvelle carte. Les vignerons du Beaujolais, eux, se disent prêts à "contester cette délimitation devant les tribunaux compétents".

Sur le même sujet

Lyon : nouveau dérapage du Petit Paumé

Les + Lus