• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

CHILI: réussite de l'expédition militaire Darwin

Les 6 alpinistes du GMHM ont réussi la traversée intégrale de la cordillère Darwin

Par Françoise Guais + AFP

video title

L'expédition Darwin vinet de réussi sa traversée

Les 6 alpinistes du GMHM ont réussi la traversée intégrale de la cordillère Darwin, au Chili.

15O kilomètres d'un enfer blanc ponctué de crevasses et de rafales...

Avec cette traversée, les montagnards chamoniards ont vaincu une zone jusque là inconnue de l'homme.

C'est une traversée historique.

La cordillère Darwin dans l'extrême Sud du Chili, n'est plus une Terra Incognita : six alpinistes du Groupe Militaire de Haute Montagne (GMHM) de Chamonix viennent mardi soir d'en achever la première traversée intégrale, ont-ils annoncé par téléphone satellite à l'AFP.
Partis en totale autonomie le 6 septembre du versant occidental de la chaîne montagneuse située au Nord-Ouest du cap Horn et longue de quelque 150 km, les 6 militaires français sont venus à bout de leur périple inédit, 28 jours plus tard, à proximité du canal de Beagle, à une quarantaine de km à l'Ouest d'Ushuaïa.


Un mois dans l'enfer blanc

"Nous sommes dans la plénitude de l'accomplissement. Nous sommes fiers pour la France et ses couleurs", a déclaré à l'AFP le capitaine Lionel Albrieux, chef de l'expédition.
Le capitaine Albrieux, 40 ans, son second, le lieutenant Didier Jourdain, 37 ans, l'adjudant-chef Sébastien Bohin, 38 ans, le sergent-chef François Savary, 38 ans, Dimitri Munoz (grimpeur civil du GMHM, 38 ans), et le caporal Sébastien Ratel, 25 ans, sont arrivés mardi vers 17 H (heure chilienne - 22H00 heure française) à proximité du canal de Beagle.

"Nous sommes maintenant dans l'herbe, au bord d'une rivière. Nous écoutons les chants des oiseaux. Cela nous fait drôle après un mois dans cet enfer blanc truffé des pires pièges et obstacles de la montagne", a ajouté l'officier français.

L'échec des précédentes expéditions
Avant le GMHM, plusieurs expéditions internationales avaient tenté d'en réaliser la traversée intégrale. Elles avaient toutes échoué, tant les conditions à la fois météorologiques (pluie, neige, brouillard, vent violent) et de terrain (champs chaotiques de glace, crevasses, avalanches) sont bien au-delà des normes communément admises de la course en montagne, y compris sur les plus hauts sommets du monde.
Depuis ce mardi 4 octobre 2011, la cordillère Darwin, découverte en 1832 par l'auteur de la "Théorie de l'évolution des espèces", lors de son tour du monde sur le Beagle, n'est plus un "rectangle blanc" sur le planisphère.


Ecoutez le commentaire du Capitaine Albrieux, chef de l'expédition "Sur le fil de Darwin".

Sur le même sujet

Agression du maire de Saint-Alban-les-Eaux lors de la fête du 15 Août

Les + Lus